Partager
Construction des barrages en Guinée : Les experts apportent des propositions pour le développement local

Construction des barrages en Guinée : Les experts apportent des propositions pour le développement local

C’est dans un réceptif hôtelier de la place que les différents acteurs impliqués dans les études et construction des barrages en Guinée ont pris part ce mercredi 20 septembre 2017 à la restitution de l’étude de réflexion stratégique sur la contribution des projets hydroélectriques au développement local durable des zones affectées par les barrages dans notre pays.

C’est le secrétaire général du ministère de l’Energie et de l’Hydraulique, El Hadj Sékou Sanfina Diakité qui a présidé cette rencontre. C’est une initiative du ministère de l’énergie et de l’hydraulique sous l’appui technique et financier de Global Water Initiative. Elle a pour objectif de rassembler et analyser les données stratégiques et financières nécessaires à une compréhension du secteur électrique et hydroélectrique, mais aussi initier le développement d’une stratégie nationale en la matière.

Dans son intervention, le représentant du ministre, El hadj Sanfina Diakité a parlé l’importance de cette rencontre : « l’importance de cette rencontre est de qualifier l’énergie et d’améliorer la condition de vie des populations riveraines des lacs hydroélectriques. Qui connait que la Guinée est riche en potentialité en matière du barrage hydraulique ? Nous dirons que ces productions, ces centrales et ces barrages soient un élément de développement non seulement de toute la population mais aussi les riverains. On se rend compte que très souvent après la construction les riverains restent sans profiter équitablement de l’énergie produite. Donc nous sommes entrais de faire des réflexions pour permettre à cette population de vivre comme il faut »

Parlant des différentes propositions qui permettent aux populations riveraines de vivre dans les meilleures conditions, le directeur général du projet Global Water Initiative a déclaré ceci : « la proposition aujourd’hui est de reconnaitre qu’il y a 2 phases dans un projet de barrage. Il y a la partie de construction, de compensation et de recasement des villages affectés ou on injecte beaucoup d’argents et ça prend six ans. Mais ensuite, il y a une deuxième qui est beaucoup plus longue qui peut durer 10, 15 à 20 ans où il faut aider la population à retrouver leur moyen de vie. C’est-à-dire ils vont vivres de quoi ? Et tout ça, il va falloir les remplacer et souvent il n’y a pas de domaine pour tout le monde. Donc il faut retrouver les activités génératrices de revenu pour leur permettre de bien vivre »

Cette rencontre a regroupé une cinquantaine de participants venus des différents départements ministériels, des ONG et de la société civile. Durant les échanges, les participants vont approfondir leur connaissance afin de mieux s’approprier du contenu des résultats issus du rapport provisoire de l’étude.

A rappeler que la Guinée dispose environ 6 000 mégawatts de potentialités hydroélectrique. C’est pour quoi cette étude permettra sans doute à la Guinée d’exploiter cette potentialité sans souci pour que le pays soit l’un des exportateurs du courant électrique dans la sous-région

 

Alpha Camara

 

Laissez un commentaire