Partager
Labé : la chicha devenue une friandise pour les jeunes

Labé : la chicha devenue une friandise pour les jeunes

En Guinée, les habitudes ont des oreilles dures. Malgré les multiples dispositions prises ces derniers temps par les services spéciaux de lutte contre la drogue et le crime organisé, le phénomène n’a connu aucun changement. C’est le cas des jeunes de Labé qui se livrent à la consommation de la Chicha. L’usage de cette pipe à eau, continue de prendre de l’ampleur dans certains hôtels, bars, restaurants et même à domicile.  

Les jeunes  sont les plus attirés par la consommation de la chicha ou ‘’pipe à eau’’  dans la ville de Labé, fait observer docteur Ismaël Diallo, médecin généraliste à l’hôpital régionale : « Quand vous interrogez les jeunes qui prennent  la chicha, certains disent que lorsqu’ils la fument, ils se sentent appartenir à une classe civilisée et aisée d’où la fréquentation de certains hôtels, discothèques et restaurants de haute classe !»

La chicha contient 20% de tabac, 70% de la mélasse, 8% d’arômes de fruits, de goudron et de monoxyde de carbone. Cette sensation agréable, parfumée,  berne ceux qui fument la chicha car ils ne pensent pas une seule seconde que les produits toxiques inhalés en grande quantité peuvent avoir des effets néfastes sur la santé : « A la longue vous pouvez avoir des cancers au niveau des lèvres, de la langue et de la gorge. Beaucoup de personnes à la fois, la même nuit, peuvent fumer la même pipe, ce qui va faciliter la transmission de certaines maladies telles que l’hépatite qui est une maladie mortelle comme le Sida ; il y a aussi l’herpès  qui est une autre maladie des lèvres et la tuberculose  » ajoute docteur Ismaël Diallo.

Le 04 Avril 2017, le ministère du commerce et le secrétariat général des services spéciaux de la lutte  contre la drogue et le crime organisé ont rendu publique un arrêté conjoint fixant les conditions de commercialisation et d’utilisation de la chicha en République de Guinée, mais jusque-là, l’ampleur de sa consommation reste la même.

 

Idrissa Sampiring Diallo

 

Laissez un commentaire