Partager
Dr Faya Millimono, président du BL : « On crée une alliance pour promouvoir des valeurs auxquelles on croit, mais pas contre quelqu’un…»

Dr Faya Millimono, président du BL : « On crée une alliance pour promouvoir des valeurs auxquelles on croit, mais pas contre quelqu’un…»

Dans les prochains jours, plusieurs partis de l’opposition comptent signer une alliance électorale afin de provoquer une alternance démocratique dans le pays. Dans cet entretien, le président du Bloc Liberal, Dr Faya Millimono est revenu sur le bien-fondé de cette démarche des partis de l’opposition, dont l’UFR, le PEDN ou le PUP.

A l’entame de cet entretien, le président du BL a tout d’abord parlé de l’importance de la création d’une alliance : « les alliances sont toujours au rendez-vous lorsque les élections s’annoncent, mais dans le cas précis, le Bloc Libéral qui a été contacté pour une alliance en gestation, pense que le préalable à la signature d’alliance sur l’échiquier politique de notre pays est le diagnostic de l’opposition dans notre pays pour conquérir le pouvoir. Nous voyons des alliances naître et disparaître comme l’Arc-en-ciel.  Eh bien, ça ne nous empêche pas de continuer à répéter les mêmes erreurs. Nous devons faire sereinement le diagnostic de notre opposition et mettre les jalons pour la construction d’alliances durables, reposant sur des choses un peu solides ».

Pour savoir si cette alliance vise une candidature unique pour les élections présidentielles de 2020, notre interlocuteur a dit: « ce sont des choses qu’il ne faut pas simplement annoncer pour qu’elles deviennent une réalité. C’est pour cette raison qu’au niveau du Bloc Libéral, nous ne sommes pas dans la précipitation en pareille circonstance. Le préalable, c’est ce à quoi on s’en tient pour l’instant, c’est faire en sorte que nous ayons un diagnostic véritable de notre opposition et découvrir ce qui fait que l’opposition guinéenne n’ait pas encore réussi à créer l’alternance dans notre pays. Une fois que cela est en place, nous pouvons sereinement nous asseoir autour de la table. »

Selon Dr Faya Millimono, il ne sert à rien de dire aujourd’hui qu’une alliance est en gestion si les bases ne sont pas posées : « On n’a pas besoin de le faire devant les médias, nous pouvons sortir devant les médias pour annoncer qu’une alliance est née. Il ne sert à rien de dire qu’une alliance est en formation et vous venez dire ça aux médias. Parce que si vous ne vous entendez pas sur les termes de l’alliance, à quoi aura servi une telle annonce ? »

Parlant de l’idée de création de cette alliance, le président du BL : « ce que je sais et ce que je peux vous dire concrètement, c’est que depuis quelque temps, le BL avec les collègues de la CPR (Coalition des Partis pour la Rupture), nous avions entrepris des démarches pour réunifier l’opposition. Et pour réunifier l’opposition, il faut en faire un diagnostic et donc cela nous a amené au QG (Quartier Général) de l’UFDG pour rencontrer le chef de file de l’opposition, nous avons été vers d’autres partis politiques de l’opposition. Et l’idée qui est née était de mettre en place un comité devant réfléchir à l’avenir de l’opposition dans notre pays et de nous proposer des alternatives. Nous avions eu une réunion au siège du BL, au cours de laquelle, nous avions donné des orientations au comité ».

Pour savoir si cette alliance en gestation vient barrer la route à l’UFDG et au RPG, Dr Faya Millimono affirme : « Je crois que ça, c’est une erreur de penser qu’on peut créer une alliance contre une entité. Mais on cré une alliance pour promouvoir des valeurs auxquelles on croit, mais pas contre quelqu’un ou contre une entité. Parce que nous sommes sur l’échiquier politique. Le Bloc Libéral est dans cet espace politique pour conquérir le pouvoir, et pour le conquérir, nous aurons besoin à un moment donné de ceux qu’on peut taxer aujourd’hui d’être des ennemis. Non, on ne peut pas créer une alliance politique contre un individu, contre une entité, mais pour les valeurs auxquelles on croit ».

Pour ce qui est des préparatifs du BL pour les élections locales, Dr Faya a dit ce qui suit : « Nous avons ciblé un ensemble de circonscriptions du territoire national et il y a des circonscriptions dans lesquelles nous comptons aller en alliance avec un ou deux partis politiques, voire plus, mais il y a des circonscriptions où nous comptons aller seuls. En tout cas, au niveau du Bloc Libéral, nous sommes en train de mener ces contacts pour qu’au cas par cas, nous puissions aller effectivement à ces élections de manière à les gagner ».

 

Alpha Camara

Laissez un commentaire