Partager
L’opposition guinéenne est jusqu’à ce jour à la case départ selon Aboubacar Sylla de l’UFC

L’opposition guinéenne est jusqu’à ce jour à la case départ selon Aboubacar Sylla de l’UFC

Comme d’habitude, l’Union des Forces du Changement (UFC) a animé son assemblée générale le samedi 11 novembre 2017, à son siège à Taouyah. Le président Aboubacar Sylla a tenu à rappeler à ses pairs de l’opposition guinéenne les maux dont ils souffrent pour créer une alternance démocratique en Guinée pendant les élections.

Dans son intervention, l’honorable Aboubacar Sylla a fait un constat sur la vie de l’opposition guinéenne : « Nous avons fait le constat, nous sommes dans une impasse politique totale qui se répercute évidemment sur la situation économique et sociale de notre pays. Nous devons donc nous interroger aujourd’hui sur l’efficacité des méthodes et des stratégies utilisées au sein de l’opposition républicaine. Nous devons nous retrouver en interne, réfléchir sur les voies et les moyens de rendre cette opposition plus efficace. Parce que pour le moment, je peux dire que nous sommes pratiquement à la case départ ».

Parlant de ses inquiétudes sur les élections locales, il a dit ce qui suit : « Nous sommes à l’orée d’une élection, mais les mêmes conditions qui ont prévalu lors des élections antérieures qui étaient caractérisées par des fraudes généralisées, qui ont amené à détourner les votes des Guinéens, qui ont amené à déclarer des résultats qui ne reflètent pas les résultats des urnes, les mêmes conditions existent aujourd’hui. Nous avons la même CENI, le même fichier, les mêmes préfets, les mêmes sous-préfets, les mêmes gouverneurs. Bref, nous avons tout un arsenal de fraude qui existait depuis 2010, qui est aujourd’hui plus renforcé ».

Selon lui, jusqu’à présent, les objectifs que l’opposition républicaine s’est assignés ne sont pas atteints. « En tant que membre fondateur de cette opposition républicaine, je vous dis que malheureusement, les objectifs que nous visions lorsque nous la créions, nous ne les avons pas encore atteints. Cela veut dire tout simplement qu’il y a un problème d’efficacité, un problème d’organisation, de stratégie, de solidarité et peut-être même un problème de leadership ».

Le président de l’UFC a rappelé à ses camarades qu’il y a de cela 7 ans que l’opposition n’a pas une stratégie pour contrer le pouvoir en place : « l’UFC ne peut pas continuer dans les années à venir à faire comme si rien n’était. C’est pourquoi, dans les jours à venir, nous allons organiser un forum à l’intérieur du parti. Nous allons réfléchir sur leur positionnement, sur la stratégie que nous allons adopter, pour que la situation de ce pays change et que l’UFC soit dans une position politique qui soit à la hauteur de son engagement ».

Selon lui, « il est temps de réfléchir sur la stratégie, sur leur positionnement pour ne pas répéter les mêmes erreurs qui rendent aujourd’hui la vie dans une impasse totale avec toutes les conditions réunies pour que ce régime se perpétue indéfiniment comme l’ont été les deux régimes précédents. Celui du Gl Lansana Conté et d’Ahmed Sékou Touré qui ont tenu ce pays respectivement pendant 24 ans et 26 ans. »

Et d’ajouter : « Nous de l’opposition républicaine ou de l’opposition en général, si nous continuons à évoluer exactement de la même façon, avec les mêmes stratégies, les mêmes méthodes, nous allons créer le lit d’un autre régime qui va durer pendant plus de 20 ans en Guinée. La façon dont nous gérons aujourd’hui la vie politique de ce pays ne permettra certainement pas à une alternance, ni en 2018 pour les législatives, ni en 2020 pour la présidentielle ».

 

Cette intervention d’Aboubacar Sylla a été aussitôt appréciée par bon nombre de responsables des partis politiques guinéens qui aspirent avoir un changement dans ce pays.

 

Alpha Camara

Laissez un commentaire