Partager
Conakry Capitale Mondiale du Livre procède à la présentation de nouveaux projets innovants

Conakry Capitale Mondiale du Livre procède à la présentation de nouveaux projets innovants

L’assemblée générale de l’harmattan Guinée s’est tenue ce lundi 29 janvier à son siège à Sandervalia dans la commune de Kaloum. En toile de fond, la présentation de nouveaux projets innovants dans le cadre de Conakry capitale mondiale du livre.

Pour Aliou Bah, membre de l’association des jeunes pour le développement de Dôgôra : « ça rentre dans le cadre de la réalisation d’un projet social dont nous avons bénéficié du soutien de la BICIGUI par le biais de Mamadou Bobo Dramé qui est lui aussi né à Dôgôra, un quartier de la commune de Labé. Et en tant que fils de la localité, nous sommes entrain de promouvoir le projet pour qu’il soit opérationnel. Après l’infrastructure, il s’agit de l’équiper de préparer le personnel de gestion et l’harmattan Guinée est une grande maison aujourd’hui d’où notre présence ici pour présenter le projet et solliciter un soutien », a expliqué cet activiste politique.

Outre la construction d’une bibliothèque mais également la présentation de plusieurs autres romans notamment la ‘’réflexion sur la réforme de l’union africaine ‘’ de Souleymane Kokè et ‘’L’odeur de la paille de riz’’ du journaliste et écrivain Mamady Wasco Kéïta entre autres.

Selon l’auteur, ce roman ‘’L’odeur de la paille de riz’’ d’une centaine de pages et subdivisé en quatre (4) chapitres, parle d’une histoire d’amour qui part de l’enfance au mariage jusqu’à la séparation.

« Je suis à l’harmattan, c’est pour présenter mon ouvrage afin de susciter la lecture parce que Conakry capitale mondiale du Livre est une occasion sublime pour le faire. ‘’L’odeur de la paille de riz’’ parce que là où nous avons scellés notre amitié, c’était dans un marré où il y avait de la paille de riz mouillée dont l’odeur qui se dégageait ressemble à celle qui quitte les aisselles. Mon livre parle de l’amour qui part de l’enfance jusqu’au mariage et puis la séparation. Il n’y a pas de raison quand on aime parce que ce que d’autres trouvent comme défauts, vous vous les trouver comme qualités », a indiqué M. Wasco

En retour, le commissaire général de Conakry capitale mondiale du livre a promis d’accompagner ces différents projets qui pour lui, est la meilleure manière d’encourager la lecture.

Avant de lever la séance, Sansy Kaba Diakité a été honoré par le club des étudiants ressortissants du Congo en Guinée à travers un tableau de ce pays frère en guise de reconnaissance pour son soutien en faveur de cette communauté.

 

Tomou Traoré

Laissez un commentaire