Partager
08 Mars: Célébration de la journée internationale de la femme

08 Mars: Célébration de la journée internationale de la femme

La Guinée à l’instar des autres pays du monde entier célèbre ce jeudi la journée internationale de la femme. Cette journée qui tire ses origines dans les manifestations de femmes pour exiger leur participation au processus politique et économique et de meilleures conditions de travail et l’égalité entre les sexes. Cette fête a pris une nouvelle dimension depuis ces dernières décennies. Elle intervient cette année dans un contexte de crises sociales mais connais également une montée progressive des violences basées sur le genre.

Proclamée par les Nations Unies en 1977, la Journée internationale de la femme puise ses origines dans des manifestations de femmes du début du 20tieme siècle, réclamant le droit de vote, de meilleures conditions de travail et l’égalité entre les sexes. De toutes les dates importantes qui ont jalonné les premières années de lutte pour l’émancipation de la femme, dans le monde, aucune, pourtant, ne correspond au 8 mars.

Depuis ces années, la Journée internationale de la femme a pris une nouvelle dimension mondiale dans les pays développés comme dans les pays en développement. Le mouvement féministe en plein essor, qui avait été renforcé par quatre conférences mondiales sur les femmes organisées sous l’égide de l’ONU, a aidé à faire de la célébration de cette Journée le point de ralliement des efforts coordonnés déployés pour exiger la réalisation des droits des femmes et leur participation au processus politique et économique. De plus en plus, la Journée internationale de la femme est le moment idéal pour réfléchir sur les progrès réalisés, demander des changements et célébrer les actes de courage et de détermination de femmes ordinaires qui ont joué un rôle extraordinaire dans l’histoire des droits des femmes.

En Guinée, le thème retenu cette année pour la cérémonie officielle de la fête de la femme est « Autonomisation des femmes en milieu rural ». Un axe prioritaire pour le gouvernement guinéen et ses partenaires. C’est pourquoi, selon la ministre de l’Action sociale, de la promotion féminine et de l’enfance, le thème retenu par la Guinée a un lien avec les microcrédits. L’expérience des Mutuelles financières des femmes africaines (MUFFA), va être explorée afin d’atteindre ce but.

Par ailleurs, cette journée arrive au lendemain des élections communales marquées par de nombreuses contestations. Elle intervient aussi au moment où les crises sociales dû à la grève du SLECG paralyse le système éducatif. Cette journée va également être le lieu de tirer la sonnette d’alarme sur les violences faites aux femmes. Déjà en 2017 a enregistré beaucoup de cas de violences basées sur le genre, dont 138 cas de viols et 173 cas de coup et blessures. Le cas de dame Mamaïssata Touré dite Aïcha Touré, en est une illustration. Le 24 février dernier, cette femme en état de famille avait été battue mortellement par son marie avant de succomber par la suite.

Pour inverser la tendance, l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes et des filles doivent être les véritables défis de notre époque et le plus grand défi que le monde doit relever en matiù8ère de droits fondamentaux.

 

SIRA SIDIBE

Laissez un commentaire