Partager
Le massacre du 28 septembre n’est pas ordinaire, répliquent des avocats guinéens

Le massacre du 28 septembre n’est pas ordinaire, répliquent des avocats guinéens

Le collectif des avocats des victimes du massacre du 28 septembre 2009 était devant la presse ce mercredi à Coléah. À l’ordre du jour, le nouveau développement dans l’affaire du 28 septembre 2009. Devant la presse, les hommes en robe noire ont plaidé pour la tenue d’un procès en présence de tous les accusés afin de rendre justice aux victimes.

Depuis sa mise en place en 2009, le collectif des avocats des victimes du massacre du 28 septembre 2009 ne cesse de veiller sur l’évolution du dossier. C’est pourquoi, il salue le nouveau comité de pilotage sous l’égide du ministère de la justice. L’objectif, vise à tenir un procès dans ce dossier dans un bref délai.

“Le premier développement dans cette affaire, c’est la mise en place du comité de pilotage que nous avons salué parce qu’elle s’occupe de la protection des victimes. Nous voulons un procès juste, un procès dans lequel tous les accusés seront appelés a comparaitre, notamment le capitaine Moussa Dadis Camara et le Général Sékouba Konaté’’, précise Maître Hamidou Barry, l’un des avocats..

 

Selon le conférencier, les juges guinéens qualifient ces crimes d’ordinaire, alors qu’ils sont qualifiés contre l’humanité selon les organisations internationales.

’il y’a eu une commission internationale d’enquêtes des Nations-Unies depuis 1945 qui a dépêché trois personnes en Guinée, qui ont qualifié ce crime comme un crime contre l’humanité. Alors, nous n’accepterons jamais qu’ils qualifient d’ordinaire. Enfin une autre préoccupation, il y a aujourd’hui une victime qui a reçu une balle , sa jambe est aujourd’hui emputée’’ renchérit Maître Hamidou Barry.

 

Le collectif des avocats avec l’appui financier de l’Union européenne, a assisté environ quatre-cents victimes. Il a également déposé une vingtaine de demandes d’actes auprès du pool des juges d’instruction en charge du dossier.

AMINATA CONDE

 

Laissez un commentaire