19 mai 2019
Soleil FM

3e mandat de Alpha Condé : c’est le peuple qui décide, selon le président de M.J.P.G

Guinée politique Infos

IL FAUT TRADUIRE NOS LOIS DANS NOS LANGUES POUR LE BAS PEULE

Ce ne sont pas à nos réalités de suivre nos lois, c’est plutôt à  nos lois de s’adapter à nos réalités. Ces mots sont du président des Jeunes Patriotes de Guinée M.J.P.G en abrégé. Il l’a fait savoir au cours d’une conférence de presse tenue ce lundi 11 mars à la maison de la  presse de Coléah. L’objectif de la rencontre est d’orienter le peuple autour de la polémique sur la modification de la constitution.

Pour le président du Mouvement des Jeunes Patriotes de Guinée, les leaders d’opinions et l’intélligencia guinéenne, sont les causes  essentielles dont souffre le peuple. Nos lois doivent être interprétées dans nos langues en vue de permettre au bas-peuple de connaitre son contenu, de surcroît, son droit et devoir. Ousmane Sidibé explique : « Du point de vue forme,  l’acceptation de cette constitution démontre à suffisance  que notre élite est malade. Le peuple attend de nous qu’il soit éclairé par notre démarche. Les lois sont l’émanation de la volonté d’un clan. En ce moment, où est la démocratie ? ».

Selon le conférencier, un chef de l’Etat qui répond aux aspirations  de son peuple dans sa majorité, peut obtenir une prorogation de mandat si celui-ci en  réclame. « Quand on a la chance d’avoir quelqu’un qui travaille, il faut faire en sorte qu’il continue. Les gens sont entrain de voler le peuple. Même si quelqu’un a fait un, deux ou trois mandats, c’est vrai il doit partir. Mais s’il a en face des bidons, le peuple n’est pas bête, s’il veut qu’il continue à promouvoir les attentes de ce peuple, mais qu’il reste. »

Poursuivant son intervention, le premier responsable de cette ONG qui lutte pour la sauvegarde des acquis de la Nation, ajoute que  si la constitution guinéenne avait  connu une révision en 2010 avec  le CNT, alors  certains articles de l’actuelle constitution méritent d’être révisés. « Quand on prend par exemple l’article 29 qui stipule que nul ne peut être candidat à l’élection présidentielle quant ils ont un âge plus de 35 ans, ce qui est une grave erreur. Par contre, il n y’a pas de tranche d’âge pour les vieux, c’est deux poids deux mesures. Nous avons estimé soit qu’on enlève le verrou pour les jeunes pourqu’ils se présentent ou alors qu’on verrouille les deux côtés. »

 

Pour ou contre une  éventuelle  révision de la constitution ou encore un troisième mandat, le Mouvement des Jeunes Patriotes de Guinée estime que seul le peule peut décider de son avenir au moment venu.

 

SAMUEL DUOLAMOU

 

Articles Similaires

Communiqué du ministère des transports relatif aux nouveaux tarifs de transport en République de Guinée

tsegbaya

La mauvaise haleine : source de stigmatisation dans la société

tsegbaya

Mamou : Reprise effective des cours ce lundi

tsegbaya

C’est dans l’air… ! Le pouvoir ne ment pas !

tsegbaya

Crise sociale : l’appel des acteurs du secteur de l’hôtellerie à privilégier la paix

tsegbaya

Un corps en état de putréfaction découvert à Yattaya

tsegbaya