Partager
La CANEG devant la presse

La CANEG devant la presse

Le Président de la Convention des Acteurs Non Etatiques de Guinée (CANEG) s’est recueilli sur plusieurs tombes au cimetière de Bambéto. C’est à cet endroit que reposent plusieurs militants de l’opposition tombés lors des manifestations politiques. Une façon pour lui de compatir à la douleur des familles endeuillées et interpeller tous les acteurs politiques et de la société civile sur la nécessité de préserver la paix dans le pays. Aussitôt sorti Docteur Sékou Koureissy CONDÉ s’est entretenu avec la presse.L’objectif de cette visite de l’ancien Médiateur de la République dans ce cimetière vise à exprimer toute sa compassion et sa solidarité aux parents des victimes. La démarche consiste également à interpeller le pouvoir public afin que celui-ci prenne ses responsabilités lors des prochaines marches politiques dans le pays.

Docteur Sékou Koureissy Condé Président de la Convention des Acteurs Non Etatiques de Guinée déclare : « Je suis allé me recueillir devant ce cimetière et dire aux familles des victimes que la société civile guinéenne est avec elle. En ce qui me concerne, acteur de la société civile je voudrais prioritairement interpeller le gouvernement pour dire là il y a eu un échec et il faudrait se reprendre pour que les tueries et les blessures lors des manifestations s’arrêtent ».

Le Président de la CANEG a aussi fustigé le silence coupable de l’ensemble des citoyens guinéens face à ces différentes tueries qui sont restées sans enquête. Il affirme que : « Je suis dans la facilité des conflits, dans la gestion des crises, mais cet exemple n’existe nul pas ailleurs qu’il est des tueries des dizaines de personnes tuées et que personne ne puisse dire exactement qu’est ce qui a été entrepris pour garantir les droits » Parlant du retrait de l’opposition dans les travaux du comité de suivi, l’ancien Ministre de la sécurité estime que la démarche n’est pas la bonne. Il déclare : « Je ne pense pas et c’est mon avis jusqu’à preuve de contraire que le retrait systématique pure et simple du comité de suivi soit la solution. Il faut continuer à persévérer dans le sens de du dialogue et de la bonne volonté». Pour finir le patron de CANEG demande au pouvoir et à l’opposition de faire du cimetière de Bambéto comme un symbole de paix et de cohésion sociale  ». Avant d’ajouter : « Je voudrais demander encore une fois à l’opposition et au pouvoir regarder le cimetière de Bambéto comme un symbole spirituel, un symbole de paix et de réconciliation » .

KABA KOUYATE

Laissez un commentaire