Partager
LES CHEFS DE DIVISION DES AFFAIRES FINANCIÈRES (DAF) DES MINISTÈRES SECTORIELS EN FORMATION POUR L’AMÉLIORATION DE LA GOUVERNANCE ECONOMIQUE

LES CHEFS DE DIVISION DES AFFAIRES FINANCIÈRES (DAF) DES MINISTÈRES SECTORIELS EN FORMATION POUR L’AMÉLIORATION DE LA GOUVERNANCE ECONOMIQUE

Le Ministre du Budget Mohamed Lamine Doumbouya a procédé ce lundi au lancement  des travaux d’un séminaire de formation de cinq jours (du 8 au 12 Mai) destiné aux Chefs des DAF des Ministères sectoriels et des institutions républicaines dans le cadre des réformes des finances publiques.

Cette formation de quatre jours  sur  la responsabilité des Chefs de division des Affaires Financières dans le renforcement de la gestion des finances publiques et l’amélioration de la gouvernance économique sera l’occasion de passer en revue plusieurs questions liées au cadre juridique des finances publiques, à la préparation et la présentation du budget de l’État, à l’exécution des dépenses, aux systèmes d’information et à la tenue de la comptabilité générale de l’État,  à la gestion de la trésorerie et exécution des recettes publiques, au contrôle des finances publiques et à la gestion des finances locales.

Satisfait de la présence des DAF de tous les ministères et institutions à l’ouverture dudit séminaire, le Ministre Doumbouya a remercié à juste titre ces ministères et institutions d’avoir pu libérer leurs DAF à l’occasion de cette formation puisque selon lui, l’élaboration du budget de l’Etat, instrument principal de la mise en œuvre de la politique économique et sociale du Gouvernement, exige une contribution de qualité de tous les intervenants impliqués dans le processus budgétaire.

Pointant certaines défaillances du système budgétaire, Mohamed Lamine Doumbouya estime que le processus d’élaboration des lois de finances se heurte encore à de nombreuses insuffisances préjudiciables à la qualité des documents budgétaires et à une gestion efficace des dépenses publiques dont :

–     L’absence de liens entre les politiques sectorielles et les budgets des départements ministériels ;

–    La faiblesse des arbitrages des avant-projets au sein des cabinets ministériels et la non implication des services centraux et déconcentrés dans l’évaluation des besoins ;

–    Le manque d’analyses exhaustives et rigoureuses pour l’identification des besoins et l’affectation des ressources en fonction des priorités ;

–    La non implication des DAF dans l’évaluation des recettes non fiscales, la gestion des projets sur financements extérieurs et la coordination de la gestion financière des établissements publics administratifs des départements ministériels ;

–    Le retard dans la production des rapports d’exécution budgétaire.

Plus loin, il dira que la qualité du travail de préparation budgétaire repose sur les soins apportés par tous les acteurs du processus à la conception des supports de prévisions de recettes et de dépenses.

A cet égard, les Chefs des Divisions des Affaires Financières en tant que conseillers financiers des Présidents des institutions et des Ministres, à qui la loi organique relative aux lois de finances a conféré la qualité d’ordonnateurs principaux des budgets sectoriels, ont un rôle primordial à jouer dans toutes les phases du processus budgétaire précise-t-il.

S’agissant du rôle des DAF, le Ministre Doumbouya  a expliqué qu’en matière de préparation budgétaire, les DAF doivent principalement :

Ø  Diffuser la circulaire budgétaire aux services centraux et déconcentrés du Ministère ou de l’Institution ;

Ø  Apporter leur appui technique aux structures pour le calcul des coûts de leurs programmes d’activités ;

Ø  Veiller à la cohérence entre les propositions de dépenses, les stratégies, politiques et les programmes sectoriels ;

Ø  Déposer dans les délais les fascicules budgétaires à la Direction Nationale du Budget appuyées d’exposés de motifs, de plans d’actions et d’une certification de l’autorité compétente.

Par ailleurs, il a notifié que cette formation est taillée sur mesure pour les DAF qui l’avaient sollicitée, et elle couvre tous les domaines de la gestion des finances publiques à savoir : le cadre juridique des finances publiques, la préparation et la présentation du budget de l’Etat, l’exécution des dépenses, les systèmes d’information, la tenue de la comptabilité générale de l’Etat, la gestion de la trésorerie, l’exécution des recettes publiques, le contrôle des finances publiques et la gestion des finances locales.

Mohamed Lamine Doumbouya a également rappelé que les DAF, ont une grande responsabilité dans le respect des règles d’exécution du budget de l’État, car dit-il, vous êtes garants d’une bonne gestion des finances publiques. A cet égard, pour l’exercice 2017, les actions vont porter entre autres sur le respect des délais de dépôt des rapports périodiques de l’exécution budgétaire, le suivi des délais de traitement des dossiers dans la chaîne de la dépense, et la préparation des plans d’engagement cohérents avec les plans de trésorerie. A cet effet, j’ai mis en place, en application des dispositions pertinentes du Règlement général sur la gestion budgétaire et la comptabilité publique, un comité d’engagement, en vue d’améliorer la régulation budgétaire et de promouvoir une bonne exécution du budget de l’Etat.

Plaçant l’événement dans son contexte, Mohamed Lamine Doumbouya dira que ce séminaire intervient à un moment où notre pays est engagé, sous le leadership du Pr Alpha Condé, Président de la République, dans un vaste programme de stabilisation du cadre macroéconomique et de relance de la croissance en vue promouvoir un développement durable et inclusif et la réduction de la pauvreté. C’est dans ce cadre que s’inscrit la mise en œuvre du plan stratégique de réformes des finances publiques qui met l’accent sur la performance, la discipline, la rigueur, la transparence et la responsabilité dans la gestion.

Avant de terminer son intervention, Mohamed Lamine Doumbouya a exhorté les participants de mesurer les enjeux de modernisation du système d’allocation budgétaire en cours et d’en tirer le maximum de bénéfice pour une gestion plus rigoureuse et performante des finances publiques au profit des populations guinéennes.

La Cellule de Communication du Gouvernement