23 mars 2019
Soleil FM

Cheick Touré du port autonome de Conakry dans les geôles de la maison centrale de Kaloum

Guinée politique Infos

A compter de ce mercredi 19 septembre, Cheick Touré, le secrétaire général de la délégation syndicale du port autonome de Conakry passera ses premières nuits à la maison centrale de Coronthie en entendant son procès dans les prochains jours. C’est la résultante de l’instruction préparatoire du juge d’instruction du tribunal  de première instance  de Kaloum. Il est poursuivi pour diffamation et dénonciation calomnieuse à l’encontre du Président de la République et de son fils.

Cette affaire remonte à la dernière assemblée générale des travailleurs du port autonome de Conakry où Cheick Touré aurait tenu des propos offensifs à l’encontre du Président de la République et de  son fils. Cela fait suite à un contrat de concession du port conventionnel signé entre le gouvernement guinéen et la société Turque ALBAYRAK. Après l’instruction, le procureur de la République près le tribunal de première instance de Kaloum a décidé de poursuivre l’affaire. Me Salifou Béavogui, l’avocat de la défense explique : « Monsieur Cheick, secrétaire général de la délégation syndicale du port autonome de Conakry et de surcroît député à l’assemblée nationale a été entendu. L’enquête préliminaire est secrète, mais ce que je peux vous dire, il est poursuivi pour diffamation et dénonciation  calomnieuse à l’encontre du Président de la République et de son fils. Nous avons plaidé qu’il soit à notre disposition pour être retourné mais notre demande n’a pas été agrée. »

Pour obtenir la liberté de son client, la partie défenderesse compte interjeter appel devant la chambre de contrôle d’instruction de la Cour d’appel de Conakry. «  Ce 18 septembre 2018, en ma compagnie, il a été présenté au procureur de la République près le tribunal de première instance de Kaloum, qui a décidé de le poursuivre. Devant le juge d’instruction, nous avons posé l’immunité parlementaire, parce que mon client est bénéficiaire d’un arrêt de la cour constitutionnelle ; qui lui confère la qualité de député à l’Assemblée nationale en attente de son installation le mois d’octobre prochain. Il a pris une ordonnance dans ce sens contre laquelle nous allons immédiatement interjeter appel », a ajouté Me Salifou Béavogui.

Me Béavogui n’a pas manqué de saluer le professionnalisme de la police judiciaire lors de l’audition de son client : « je ne saurai terminer mon intervention sans remercier la Direction nationale de la police judiciaire, les enquêteurs, la commission d’enquête qui a travaillé sur ce dossier, du professionnalisme dont ils ont preuve de cette affaire. Avant l’avocat était humilié, intimidé, pour être derrière un dossier pour lequel monsieur le Président de la République  serait victime  de diffamations et de calomnies. »

 

Au regard de l’article 37 de la constitution guinéenne, le Président de la République est protégé contre les offenses et les diffamations calomnieuses.

 

Lansana Condé

Articles Similaires

Le PADES rend hommage aux héros guinéens à la veille du 2 octobre

tsegbaya

Assemblée Générale des Nations-Unies : que faut-il retenir ?

tsegbaya

Kouroussa : « la population traumatisée par des forces de l’ordre à Komolakoura »

tsegbaya

Mamou : élèves et enseignants ont boudés les classes ce lundi

tsegbaya

tsegbaya

Des féministes africains à l’école d’EQUIPOP à Ouagadougou

tsegbaya