Partager
Clôture de la première édition de la  semaine du savoir à Conakry

Clôture de la première édition de la  semaine du savoir à Conakry

La première  édition de la semaine du savoir a pris fin ce mercredi dans une université de la place.  Cette initiative du parlement des jeunes leaders de la société civile Guinéenne vise à préparer une Elite de jeunes modèles pour l’émergence d’une Guinée responsable. 419 jeunes ont participé à cette formation.

Cette première édition de la semaine du savoir organisée par le parlement des jeunes leaders de la société civile Guinéenne, a duré cinq jours.   Quel guinéen pour la Guinée a été le thème principal débattu au cours  de la rencontre.  Abdourahmane Baldé président du parlement des jeunes leaders de la société civile guinéenne  explique  les raisons  de l’organisation de cette formation : « les raisons qui nous ont poussés à organiser la première édition de la semaine du savoir, c’est la conviction qu’aucun Etat du monde ne peut se développer sans le savoir. Nous avons perdu assez de temps. Jamais notre République ne va se développer sans les guinéens. Et pas des guinéens n’importe quel, il nous faut des ressources humaines de qualités et de quantités suffisantes qui puissent être au-dessus, de relever le défi de la mondialisation. »

A l’issue de ces cinq jours de  formation, Mamady Kaba président de l’institution  nationale des droits de l’homme formule  ses attentes. Pour lui, quand on dit que l’avenir d’un pays c’est la jeunesse, ce n’est pas n’importe quelle jeunesse mais plutôt une jeunesse éduquée et responsable. « L’ensemble des centaines de jeunes qui ont participés à cette formation, j’ai vu la motivation qui anime cette jeunesse, la volonté de se construire. Dans cette formation nous avons réveillé un tout petit peu en eux la confiance en soi»  a-t-il ajouté.

Pour la circonstance, le président de la plate-forme organisatrice de cette formation  revient sur  les recommandations qui en ont découlées.  Abdourahmane Baldé à nouveau : « la première recommandation c’est d’inviter l’Etat guinéen à reformer le système éducatif du pays. Combattre la corruption de la présidence en passant par l’école. Inviter les hommes politiques guinéens à renoncer aux discours inter-ethniques et la responsabilisation des jeunes »  a-t-il conclu.

Ce parlement  entend organiser une formation sur le leadership féminin afin de préparer les filles pour le combat de l’unité et l’émergence de la Guinée.