Partager

La COFEL invite à la représentativité des Femmes aux instances de prise de décisions

Comment inviter les femmes à s’engager  pour leur représentativité dans les instances  de prise de décision ? C’est l’une des préoccupations majeures de la coalition des femmes et filles leader. Plus d’une cinquantaine de femmes, des activistes de la société civiles ont échangé sur  la question.  C’est le Centre de Recherche et de Documentation sis à kipé dans la commune de Ratoma  qui a abrité cette rencontre.

Ces derniers temps, les femmes sont moins présentes dans la prise des  décisions. Pourtant,  la  Guinée a ratifié  toutes les conventions relatives à la participation des femmes dans la prise de décisions.  À l’occasion de la Fête Internationale des Femmes, les activistes de la  société ont donné leur point de vue par rapport à leur situation.

Fatou Baldé  la Présidente de la COFEL déclare que : « Aujourd’hui, beaucoup d’entre nous se reconnaissent en celles qui ont été des pionnières à l’époque qui aujourd’hui ne peuvent pas exercer ces genres de fonctions. Il faut reconnaitre qu’on ne peut plus avoir un Ministre qui ne sache  ni lire ni écrire ,on l’a vu en ce moment. On nous a carrément mises à l’écart. Je me souviens, que dans  le premier  Gouvernement du CMEREN  il n’y avait que deux femmes, c’est Dr Djélo et Mme Djedoi  ».

Pour Aminata  Barry, cette émancipation des femmes doit être soutenue par les hommes , elle affirme que :

« La détermination des femmes  ne s’agit pas des combats, ça commence d’abord par eux les messieurs il fait qu’ils accompagnent les femmes à le faire. Pour revenir à la politique, heureusement que cette politique de quota, qui selon moi, a montré ses limites par ce que depuis des années on  a dit qu’on donne 30 pour cent aux femmes mais jamais on a réussi à avoir. Si on a la possibilité d’avoir 50  pour cent pourquoi pas. Et si on a la possibilité d’avoir plus que 50 pourquoi pas ».

Selon ces femmes, S’il doit y avoir égalité entre l’homme et la femme, cela doit se prouver au niveau des instances de prise de décisionss.

AMINATA CONDE

Laissez un commentaire