Partager
CONAKRY : La CENI fait le point sur ses opérations

CONAKRY : La CENI fait le point sur ses opérations

Le samedi 4 novembre 2017, la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) a animé une conférence de presse à la maison de la presse de Coleyah. A cette rencontre, les commissaires de cette institution en charge d’organiser les élections en Guinée ont fait le point sur la conduite générale des opérations.

Dans sa communication, le Vice-Président de la CENI a parlé de l’importance des élections locales il a déclaré que:« Ces élections permettront aux citoyens de vouloir et de pouvoir élire leurs représentants dans les différentes circonscriptions électorales pour défendre leurs intérêts communautaires afin de promouvoir le développement local, social, et culturel. Pour réussir ce pari, il est important que l’organe en charge de l’organisation de ces élections, la CENI, puisse jouer son rôle en temps opportun pour des élections transparentes, crédibles et apaisées. C’est pourquoi la CENI, à travers ses différents départements, a initié des missions sur le terrain pour pouvoir évaluer le fonctionnement pratique des démembrements».

 

Parlant du chronogramme de ces élections le Directeur des opérations, Etienne SOROPOGUI affirme que:« ce chronogramme est un chronogramme révisé, il se décline en 15 familles d’activités, avec 72 sous-activités. Parmi ces activités, il y a la mise à jour de la cartographie des bureaux de vote, la production et l’impression des documents électoraux, l’acheminement des matériels, la formation de 80 mille personnes, la gestion des résultats».

Concernant l’administration, il a précisé que : « Il a été demandé au Ministère de l’Administration du Territoire de déterminer le nombre de circonscriptions électorales. Et, finalement, il nous a donné un arrêté qui détermine le nombre de circonscriptions électorales qui sont au nombre de 342 aujourd’hui et avec des conseillers. Actuellement, on est sûr qu’il n’y a pas de débat à ce niveau. Donc, les élections se dérouleront dans ces circonscriptions ».

Pour la crédibilité des élections, Etienne SOROPOGUI affirme qu’une  Cellule de Suivi et d’Action du Processus a été mise en place.

Une expérience qui, selon lui, a été faite lors des élections Présidentielles 2010 et qui avait réunie tous les acteurs du processus.

Parlant des problèmes liés au manque de magistrats pour la supervision des élections, il a affirmé que : « Nous avons le comité ad-hoc, la CENI, MATD et le Ministère de la Justice. Nous n’avions pas assez de magistrats, et nous avons un peu plus de CACV. Donc il faut avoir des magistrats disponibles. Donc, il est important avec le Ministère de la Justice, de l’Administration du Territoire et la CENI que nous puissions ensemble voir comment nous allons travailler pour résoudre ces problèmes. La CENI a saisi la Cour Constitutionnelle pour qu’elle puisse nous éclairer sur la question».

Le Directeur des opérations a rassuré que la date du 4 février 2018 pour la tenue des élections locales n’est pas une date de charme. Il déclare que : « On ne peut pas proposer une date si on n’est pas rassuré que techniquement qu’elle est tenable. Avec tout le déroulé du chronogramme, nous sommes rassurés que cette date est tenable. Mais il appartiendra au président de la République de fixer en dernier ressort la date du scrutin à travers un décret »

Concernant la planification ,le fichier électoral et les cartes d’électeurs , Djenab TOURÉ déclare que : « Nous avons commencé à améliorer la cartographie depuis 2015 après les élections présidentielles. En ce qui concerne la distribution des cartes d’électeurs, ce sera fait  du 04 janvier au 04 février. La loi disait 30 jours au moins. Les dispositions ont été prises et hier nous étions à une réunion. La distribution débutera le 04 janvier 2017».

Alpha Camara

 

 

 

Laissez un commentaire