20 janvier 2019
Soleil FM

Conakry-Express : l’Etat a-t-il écouté le cri de cœur des travailleurs ?

Guinée économie Infos

Les travailleurs du train Conakry-Express ont repris le travail ce lundi 13 août après un arrêt des activités. Ils exigent le payement de onze mois d’arriéré de salaires  et une audience avec le ministre des transports. Un accord a été trouvé entre les travailleurs grévistes et le département.

« Il y’a un protocole d’accord après de longues discussions au dépôt de Conakry Express entre l’inspecteur général du travail de Kaloum et l’inspecteur général du transport. Tous nos points de revendication ont été acceptés par le département. Dans l’accord, il  a été dit que dès mardi, nous pourrons nous rendre à l’inspection générale du travail pour la lecture du type de contrat. Et comme nous avions demandé aussi le versement de nos arriérés, donc à partir du 14 août, nous entamons cela également. La signature de contrat et la perception des arriérés de onze (11) mois se feront toutes au cours de cette semaine. Ceci dit, nous avons décidé de travailler, mes collègues et moi, jusqu’à la fin de cette semaine et voir la suite », nous a expliqué Ibrahima Camara, porte-parole des travailleurs.

Le lundi 13 août dans la matinée, c’est la colère qui se lisait sur les visages des travailleurs du train Conakry-Express. Ils demandent le payement d’arriéré de salaires. « Ce matin, nous sommes en grève. Une grève qui n’est pas liée à celle syndicale. Sachez qu’il y a neuf ans, nous travaillons avec Conakry-Express, sans situation et aucune couverture sociale. Après plusieurs tentatives de négociations avec la direction, nous avons décidé de partir en grève ce matin », affirmait Ibrahima Camara, avant même l’entente avec le département des transport.

Après plusieurs tentatives de négociations avec leur direction, ces travailleurs  souhaitaient rencontrer le ministre des transports avant toute reprise des travaux. Selon Ibrahima Camara, leurs points de revendications sont simples. « Pour le moment, nous voulons rencontrer le ministre des transports pour lui expliquer notre situation. Demander à l’Etat de nous prendre en charge. C’est lui seul qui pourra régler notre situation ».

Rencontrée, l’administration de Conakry-Express soutient la grève des travailleurs. : « Malheureusement, nous n’étions pas informés (de la grève). Nous l’avons apprise ce matin dans le bureau à travers les échos. Franchement parlant, nous les accompagnons parce que chacun de nous veut être dans de bonnes situations. Si tu travailles avec quelqu’un pendant huit à neuf ans sans  contrat et rien avoir, c’est vraiment difficile », dixit un monsieur qui a requis l’anonymat 

 

 

LANSANA CONDÉ

Articles Similaires

An 60 de l’indépendance : Alpha Condé à Kaloum pour le dépôt de la gerbe de fleur à la place des martyrs

tsegbaya

Entretien avec Souleymane Camara, Commissaire Général du Salon des Entrepreneurs de Guinée

tsegbaya

Marche de protestation contre la hausse du prix du carburant

tsegbaya

MIC – le ministre Amara Somparé fixe les orientations de son département

tsegbaya

Le RPG sur la grève du SLECG : « ce n’est pas possible les huit (08) millions »

tsegbaya

Rachid TAHA, parti à jamais !

tsegbaya