Partager
CONAKRY : Manifestation  au centre de L’Action d’Intégration Mère et Enfant

CONAKRY : Manifestation au centre de L’Action d’Intégration Mère et Enfant

Des agents  licenciés du centre Médico- social   AIME (Action  d’Intégration Mère et Enfant)  de Nongo Taady  ont pris d’assaut  ce lundi 06 novembre, le bureau du responsable des Ressources Humaines.  Les manifestants  réclament leur  indemnisation et un règlement  auprès de  l’ONG.

Ils  sont au nombre d’une vingtaine  à être licenciés au sein du centre de l’Action  d’Intégration Mère et Enfant de Nongo.   N’étant  plus employés au sein du centre, ils réclament  ce qui, normalement  leur revient.

Doré  Nyéréké  Nestor,  le porte-parole des   manifestants affirme que : « Nous demandons notre argent, c’est notre droit, ils n’ont qu’à nous payer  nos indemnités, nos soldes  de compte et  revoir les contrats qui ne sont pas en échéance ».

Après avoir passé vingt-deux  mois de service à  AIME, Charlotte GUILAVAOGUI explique l’origine  des problèmes en ces termes : « Tout allait bien au début, mais après notre déménagement  ici à Nongo Taady, nous avons remarqué qu’il y a un changement. On travaillait sans percevoir nos salaires et ils nous ont dit que la clientèle avait baissé donc ils ne payaient que ceux qui avaient des contrats à court terme. Nous autres devrions  attendre ».

Joint au téléphone par la Responsable des Ressources Humaines,  la Directrice Générale explique que  le centre est en faillite de plus d’un milliard cinq cent  franc guinéen Madame PERES déclare que : « à l’impossible, nul n’est tenu. J’ai en tant que patronne trainé le processus de licenciement, pour ne pas que le personnel se retrouve sans rien et sans emploi. Je compte faire de mon mieux pour ne pas que vous restiez ainsi »

Les mécontents démentent  ce prétexte, et affirment que le centre avait une rentabilité de 200 millions par mois. Ils  comptent donc poursuivre les démarches jusqu’à satisfaction totale.

Fanta  KEITA

Laissez un commentaire