Partager
Conakry : Ouverture du 7ème Comité de pilotage CEDEAO-UE sur les armes légères

Conakry : Ouverture du 7ème Comité de pilotage CEDEAO-UE sur les armes légères

Ouverture ce lundi à Conakry du Septième Comité de pilotage du projet CEDEAO-Union Européenne sur les armes légères. Cette réunion technique des commissions nationales de lutte contre les armes légères regroupe plusieurs acteurs. C’est un réceptif hôtelier de la place qui a servi de cadre à l’évènement. Après Abuja, Monrovia, Abidjan et Niamey, Conakry est la 5ème capitale ouest africaine a abrité la réunion technique sur les armes légères. Sur initiative de la CEDEAO-Union Européenne, cette rencontre se tient en collaboration avec le PNUD et le Comnat ALPC Guinée. Sa mise en œuvre répond au principe de mutation dans les pays couverts par le projet, depuis son lancement en 2015.

Joseph OHOBA, Chef d’Unité arme défense de la CEDEAO déclare que : « Les menaces qui pèsent sur la région, qui freinent nos acquis en matière de développement doivent être continuent et cela doit servir à informer les différents engagements concrets et les initiatives concrètes promis par la CEDEAO pour aider nos États membres à contrôler ces menaces. Des cadres normatifs sont en place et sont spécifiques pour faire face à ces défis et  non en répondant à enregistrer les succès significatifs qui tiennent à l’en contre de la paix et de la stabilité et de la tranquillité dont joui actuellement la majorité de nos États de la région».

                                                                              Les participants


Les armes illicites facilement disponibles menacent les processus électoraux, affaiblissent l’autorité policière et nuisent gravement au maintien de la paix.

Monsieur Mohamed DIANÉ, Ministre d’État guinéen en charge de la Défense Nationale déclare que : « Les problèmes de sécurité lié à la circulation illicite  des armes légères ou des petits calibres en Afrique de l’ouest sont le plus distributeur des conflits violents, ces conflits armés peuvent réduire en ayant les bienfaits du développement social et économique. Les enjeux du développement  sont directement lié à ceux de la paix et de la sécurité, sans paix et sécurité il ne peut y avoir de développement ».

Le Représentant de la CEDEAO a invité les  commissions nationales et l’équipe du projet à redoubler d’efforts dans cette noble tache de désarmement volontaire et de sécurisation des communautés de la zone du projet.

ELISABETH HABA

Laissez un commentaire