17 février 2020
Soleil FM

Corruption en Guinée : qui veut tuer dans l’œuf l’Inspection Générale d’Etat dans sa lutte contre ce fléau ?

Guinée économie Infos

En se fiant au dernier rapport 2019 de Transparency International, la Guinée figure parmi les 20 pays les plus corrompus du monde. Un classement qui ne fait guère honneur à notre pays. Et pourtant en 2016, il a été mis en place l’inspection générale d’Etat chargée de lutter contre la corruption et assainir la gestion dans l’administration publique. Sauf que ce service rattaché à la présidence de la République peine à fonctionner normalement d’autant plus qu’on lui met le bâton dans les roues.

S’il y a un mal qui ronge encore l’administration publique guinéenne et dont le pays a du mal à combattre, c’est bien la corruption. C’est justement pour juguler ce fléau qui gangrène l’administration guinéenne et qui fait fuir des capitaux que la présidence de la République a placé sous sa tutelle l’Inspection Générale d’Etat (IGE) dont ses membres ont été nommés en 2016. L’inspection Générale d’Etat, est ce corps de contrôle placé sous l’autorité directe du Président de la République, qui avait commencé à redonner espoir, à travers ses missions de vérifications menées dans les régies financières, dans la lutte contre la corruption et l’instauration d’une gestion vertueuse des deniers publics en République de Guinée.

Si présentement, l’Office Guinéen des Chargeurs se porte mieux et se félicite des résultats qu’elle fait actuellement en termes de recettes versées au trésor public, c’est une prouesse de l’IGE.

La situation à l’Office Guinéen de publicité est, sans l’ombre d’aucun doute, bien meilleure aujourd’hui, comparativement à celle qui prévalait avant le passage des Inspecteurs Généraux d’Etat.

Si les éloges ne tarissent pas sur la nouvelle direction de la LONAGUI, c’est parce que les agents de l’IGE ont non seulement permis de déloger les prédateurs qui y sévissaient en toute impunité, mais aussi formulé de pertinentes recommandations pour la conduite à tenir en matière de gestion.

Partant de tous ces résultats sur le terrain, l’IGE devient dérangeant, et un témoin gênant. Donc une bête à abattre, l’ennemie des corrupteurs et corrompus dont il faut se débarrasser. D’après nos informations, en 2017 et en 2018, elle est parvenue à travers seulement quelques-unes de ses missions de vérification dans quelques régies financières du pays, à mettre à nue et à stopper une saignée financière qui se chiffrait à des centaines de milliards de nos francs, quasiment à tous les exercices budgétaires.

Nos sources attestent que c’est au cours du mois de janvier 2019 que le Premier Ministre, chef du gouvernement, avait saisi le Vérificateur Général de Guinée, pour effectuer une vérification de conformité dans certaines régies financières, dont la Direction Nationale des Impôts, la Direction Générale des Douanes, la Société Guinéenne de Pétrole, l’ANAIM…. etc.

Pour alors asphyxier et étouffer cette IGE, Et compte-tenu semble-t-il de son travail dérangeant, depuis janvier 2019, elle n’a pu mener aucune mission de vérification. Un service rattaché directement à la présidence de la République n’a pas de bureau, sa prime de carburant considérablement revue à la baisse avec moins de deux millions de nos francs par trimestre, ce qui devrait être bien au-delà, son budget de fonctionnement indisponible jusqu’à ce jour, son salaire également revu à la baisse avec la non-signature du projet de la grille salariale.

Toujours est que de l’avis d’observateurs avertis, la croisade menée en sourdine par des cadres tapis dans l’ombre contre l’Inspection générale d’Etat (IGE) prive l’administration guinéenne des apports de ses autres attributions. En effet, outre les missions de contrôle des finances, l’IGE procède aussi à des missions d’évaluation des politiques publiques pour plus de cohérence et d’efficacité de l’action publique, à des activités de conseil et d’accompagnement des structures publics et parapublics.

A l’allure où vont les choses, l’IGE pourra-t-elle se relever des coups qu’on lui assène ? En tout cas, ses cadres qui errent dans la nature administrative implore la grâce du Chef de l’Etat pour la sortir du bourbier. Des informations nous indiquent que tout le calvaire de l’IGE proviendrait de la Direction nationale du Budget où le dossier serait tout simplement bloqué parce qu’il se retrouverait au beau milieu d’une guerre d’ego et de positionnement entre certains cadres de ladite Direction. Difficile d’y croire si tel est le cas que ce soit des Guinéens qui cassent des Guinéens ou que ce sont des Guinéens qui se détruisent des Guinéens pour se construire sur leurs ruines au grand dam de la Guinée engloutie par la corruption et au nom des intérêts personnels.

Mamadou Saliou Touré

 

 

Articles Similaires

France: une attaque à la préfecture de police de Paris fait plusieurs morts

tsegbaya

Incendie dans les locaux de la radio Sabou Fm : le feu a tout consumé

tsegbaya

N’Zérékoré : un étudiant en L2 Anglais substitué à son jeune frère appréhendé dans une salle d’examen

tsegbaya

Présidentielle au Brésil : Jair Bolsonaro largement qualifié au second tour avec 46% des voix

tsegbaya

Grève du SLECG- Crise politique : le cri de cœur des citoyens !

tsegbaya

Un accident de la route fait un mort et plusieurs blessés graves sur la nationale Mamou-Conakry

tsegbaya
%d blogueurs aiment cette page :