19 mai 2019
Soleil FM

Côte d’Ivoire : Bernard Dadié parti à jamais !

Cultures Infos

L’écrivain ivoirien était âgé de 103 ans. Il est considéré comme l’un des pionniers de la littérature africaine.

L’un des pionniers de la littérature africaine, l’écrivain ivoirien Bernard Dadié, est mort, samedi 9 mars, à l’âge de 103 ans, a annoncé le ministre ivoirien de la culture, Maurice Bandaman. « La Côte d’Ivoire vient de perdre son plus grand écrivain, a-t-il déclaré. Nous nous inclinons devant sa mémoire. »

Bernard Dadié est l’auteur d’une œuvre prolifique, dans laquelle il a abordé tous les genres littéraires : poésie, roman, chroniques, contes traditionnels et surtout théâtre. Parmi ses pièces, quatre notamment – Monsieur Thogo-Gnini, Béatrice du Congo, Les Voix dans le vent, Iles de tempête – ont été jouées à l’occasion de manifestations culturelles de grande envergure (Festival d’Avignon, Festival panafricain d’Alger ou encore au Festival de la jeunesse francophone de Montréal).

Il dénonce l’oppression coloniale dans son premier recueil de poésie, Afrique debout !, publié en 1950. Un deuxième recueil, La Ronde des jours, est resté célèbre notamment avec son poème, « Je vous remercie mon Dieu de m’avoir créé Noir ».

Dans Climbié, publié en 1956 – roman en grande partie autobiographique -, il retrace son enfance aux côtés de son père planteur et de son oncle. Bernard Dadié est aussi l’auteur d’une trilogie (Un Nègre à Paris, Patron de New York, La Ville où nul ne meurt), des chroniques pleines d’humour rapportant les observations faussement naïves d’un jeune Africain confronté aux métropoles occidentales.

Militant syndical et politique

Engagé dans le militantisme syndical et politique, Bernard Dadié a occupé des responsabilités au sein du Rassemblement démocratique africain (RDA) et du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) créé par Houphouët-Boigny. Ses articles et prises de position lui ont valu d’être condamné à la prison. Publiés en 1981, ses Carnets de prison sont un témoignage brut sur les seize mois de son incarcération et les conditions réservées aux prisonniers par l’administration coloniale.

L’indépendance venue, il poursuit sa route politique et militante en occupant des fonctions administratives et politiques dans divers cabinets et ministères. Il a été le ministre de la culture de 1977 à 1986 du premier président ivoirien, Felix Houphouët-Boigny.

En 2016, il a reçu le premier prix Jaime Torres Bodet, décerné par l’Unesco, qui récompense l’ensemble de l’œuvre de ce « pionnier et géant de la littérature africaine », selon Irina Bokova, directrice de l’Unesco.

 

Source : Le Monde

Articles Similaires

Siguiri/ Falama Magassouba intronisé Doyen de Dankakoro

tsegbaya

Recensement additionnel des pensionnés, contractuels et fonctionnaires convoque une importante réunion

tsegbaya

Débats d’orientations budgétaires 2018 : aucune croissance n’est possible si le secteur privé est piétiné

tsegbaya

Côte-d’Ivoire : Alpha Blondy prêche pour la libération des prisonniers politiques de la crise post-électorale

tsegbaya

Rénovation et modernisation du secrétariat général du gouvernement : visite de courtoisie de l’ambassadeur de France en Guinée

tsegbaya

Enquête sur l’entrée de billets au Liberia : George Weah réclame de la « patience »

tsegbaya