25 mars 2019
Soleil FM

Côte d’Ivoire : qui est derrière le maintien de Gbabgo et Blé Goudé en prison (Opinion)

Afrique Infos

Selon la DST de Côte d’Ivoire C’est l’Etat Ivoirien qui maintient Laurent Gbagbo et Blé Goudé en prison après leur acquittement total.

Cet article vise à expliquer pourquoi la CPI a décide de maintenir Laurent Gbagbo et Blé Goudé en prison après leur acquittement total. En publiant cet article, l’intention n’est pas de créer des troubles sociaux, mais plutôt d’informer les Ivoiriens et les Africains sur la véracité des faits afin que ces mentalités et comportements lugubres qui mettent l’Afrique en retard soient combattus ensemble pour permettre à la Côte d’Ivoire d’émerger de la misère.

En effet, le vendredi 18 Janvier 2019 a 16h 25 minutes, mon téléphone sonne et c’est un numéro de Côte d’Ivoire qui apparaît à l’écran.  Je n’ai pas décroché parce que je ne reconnaissais pas ce numéro et j’ai interrompu l’appel. A trois reprises par la suite le même numéro m’a rappelé et je n’ai toujours pas décroché. Au 5ème appel j’ai décroché. Au bout du fil c’est un homme qui me dit être de commandant de gendarmerie à Abidjan et qu’il souhaiterait me parler. Je lui ai demandé, comment il a pu avoir mon numéro de portable. Il m’a dit que cela n’a pas d’importance mais qu’il a des informations à me livrer et souhaite m’appeler à son bureau et il m’a donne son numéro de téléphone direct. Il m’a dit qu’il sera à son bureau à 17h 45mins. Mais j’avais des réserves que ce monsieur soit un commandant de gendarmerie. Entre son appel et le rendez-vous téléphonique de 17h 45mins, j’ai pris la peine de vérifier s’il est commandant de gendarmerie en demandant à Abidjan à mes amis qui sont des sous-officiers de gendarmerie. Je leur ai demandé s’ils connaissaient le Commandant X de gendarmerie (j’utilise X pour raison déontologique et juridique). Mes amis m’ont confirmé cela en précisant qu’il est en service à Abidjan et en ils ont aussi indiqué son lieu de travail à Abidjan.

A 17h 46mins, mon téléphone sonna et c’est le Commandant qui est en ligne. Il m’a appelé en vidéo chat sur Whattsapp et il m’a fait voir son bureau.  Peut être c’est un exercice conduit pour me rassurer. J’avais un peu peur, puisque je ne savais pas exactement ce qu’il voulait mais j’étais patient. Après cet exercice, il dit ceci : « mon jeune frère, ne vous inquiétez pas, je vous ai appelé parce que nous lisons les articles que vous publiez en ligne ». J’ai cru que c’était pour me menacer car je ne caresse personne dans mes publications. Et il poursuit : « vous faites des analyses pertinentes et nous aimons la manière directe et objective avec laquelle vous écrivez.  Cela manque ici au pays. Nous voulons livrer des informations relatives à la situation politique du pays mais nous ne faisons pas confiance aux journalistes d’Abidjan car ils ont tous des positions partisanes et passionnées et nous craignons qu’ils dénoncent en publiant les informations que nous voulons livrer. Et puisque vous êtes de la diapora Ivoirienne, nous estimons qu’à travers vous nous pourrons atteindre les Ivoiriens de l’exterieur, donc n’ayez pas peur.  J’ai informé mes collègues qui sont à la DST et ce soir nous allons vous appeler ensemble pour vous dire ce que nous voulons que les Ivoiriens sachent. Je vous donne rendez-vous ce soir a 21h et je serai dans les locaux de la DST avec mes collègues et ensemble nous allons vous appeler ».

 Je m’en revenais pas encore et je ne croyais toujours pas a mes yeux. Je ne sais pas pourquoi c’est de la DST il veut m’appeler ? Je me suis dit qu’ils menaient des investigations, peut être. Depuis mes derniers articles publiés sur le régime d’Abidjan, je recevais des demandes d’amitié très bizarres sur Facebook et je bloquais ceux qui me contaient. Cependant j’ai décidé de rester patient et curieux pour voir si ce n’est pas un piège que l’on veut me tendre.  Mais après j’ai ignoré cela et je suis allé me coucher. J’étais somnolent au lit. Il était 21h 15mins et pas d’appel. J’ai conclu que c’était un piège pour pour m’identifier. A 21h 25 mins mon portable sonna et C’est le Commandant de gendarmerie qui est au bout du fil et il me dit qu’il est avec frères dans les locaux de la DST et il m’a présenté ses collègues qui sont deux officiers supérieurs de police. Ils se sont excusé pour l’appel tardif. Dans une ambiance fraternelle a leur niveau, ils m’ont demandé quand je vais partir au pays.  Ma voie était un peu coupée par cette question que je trouvais bizarre. Je leur ai répondu en demandant s’ils veulent m’arrêter.  Ils ont commencé à rire.  J’avais envie d’interrompre la conversation. Après ce bref échange, ils sont allés droit au en bons militaires avec un langage direct. L’un des deux officiers de police prit la parole et confirme qu’ils sont des informations à livrer par rapport à la situation politique du pays pour publication, mais ils souhaitent que cela se fasse sous anonymat et la confidentialité.  J’ai trouvé leur démarche un peu irrationnellement car je ne pensais du pas a cela de la part des agents de la DST. Mais chez chaez jour un jour d’apprentissage et j’ai gardé le calme. Après leur mise au point ils sont rentrés dans le vif du sujet et l’interview que j’ai enregistrée en vidéo chat est transcrite ici avec fidélité.

Avant de vous conduire là, force est de rappeler que la DST(Direction de la Surveillance du Territoire) ce sont les services d’espionnage connus sous le nom de Renseignements Généraux de Côte d’Ivoire. En un mot ce sont des services secrets. Ils sont les yeux et les oreilles du président de la république et opèrent sous le Ministère de l’intérieur et de la Sécurité, sur toute l’étendue du territoire pour recueillir des informations de nature à compromettre la sécurité de l’état et des citoyens. Ces services secrets possèdent des informations aussi bien sur le pouvoir d’Abidjan que sur extérieur du pays, et lesquelles informations les citoyens ordinaires ne sont pas capables d’obtenir.

En effet, pour des raisons déontologiques, professionnelles, juridiques et la sécurité des agents dans cette interview, j’ai décidé de respecter l’anonymat, la confidentialité et la fidélité exigés par ces professionnels des renseignements généraux de Côte d’Ivoire. La publication des ces informations ici se fait donc avec fidélité telle que requise par les agents de la DST d’Abidjan. Avant notre analyse, voici en détails les informations livrées par la DST de Côte d’Ivoire au cours de l’inteview. Pour les raisons évoquées-ci-dessus, les personnes interviewées sont nommées ici comme « Agents DST ».

Agents DST : Dans un premier temps, nous disons que le pays va très mal au plan politique et tout peut dégénérer si on y prend garde.  Nous voudrions nous addreser aux Ivoiriens et leur demander de garder le calme et éviter des troubles qui peuvent aboutir à des situations que nous ne pourrons pas maîtriser ».

 AL: Pouquoi parlez-vous de troubles?

 Agents DST: « Nous savons que les Ivoiriens sont frustrés par la décision de la CPI de garder Laurent Gbagbo et Blé Goudé en prison, et cela peut causer des manifestations de colère dans les rues si la cour d’appel refuse de les mettre en liberté.»

 AL: D’abord, comment aviez-vous vécu la nouvelle de l’acquitement total du Président Laurent Gbagbo et Blé Goudé?

 Agents DST: « Contrairement à ce que les Ivoiriens pensent des forces armées actuelles de Côte d’Ivoire, il faut préciser que la police, la gendarmerie, l’armée, la douane et tous les corps habillés étaient en joie sur toute l’étendue du pays, mais nous ne pouvions pas descendre dans les rues comme les civils pour manifester notre joie. Dans toutes les casernes, les corps habillés étaient en joie.»

 AL: Je pensais que les forces armées étaient divisées en pro-Ouattara et pro-Gbagbo; n’est-ce pas?

 Agents DST: « Oui, il y avait trop de divisions au sein des forces de Côte d’Ivoire pendant et après la crise post-électorale. Mais avec le temps, les choses ont changé selon la situation politique du pays et nous pouvons dire à l’heure actuelle que le gouvernement ne compte que sur sa garde présidentielle, et ils le savent, parce que les Ivoiriens ont compris la vérité. On ne parle plus de pro-Ouattara ou pro-Gbagbo. Mais il y a une nouvelle situation qui inquiète telles que les divisions entre les membres du RHDP. Aujourd’hui, les choses ont changé dans le bon sens et il y’a une nouvelle dynamique vers la réconciliation. Les civils ont changé, et vous le constatez vous-mêmes sur les réseaux sociaux, donc pourquoi pas nous? Notre pays a trop souffert et nous ne voulons plus de troubles. C’est dire que la joie était versée partout en Côte d’Ivoire le 15 Janvier 2019. Celui qui vous dit le contraire est de mauvaise foi».

 AL: Pensez-vous que la confiance et la paix peuvent totalement revenir en Côte d’Ivoire avec l’acquittement de Gbagbo?

 Agents DST: « Nous venons de vous dire que la joie était versée dans toutes les casernes du pays non ? Ça veut tout dire ; nous savons de quoi nous parlons ».

 AL: Pouvez-vous nous dire comment les Ivoiriens ont vécu la nouvelle de la libération de Gbagbo?

 Agents DST: « Rires. Vous voulez nous dire que vous ne savez rien, vous qui êtes en Europe? Arrêtez de manger votre piment dans notre bouche. Rires. Comme vous aviez pu le constatez à travers les médias et les réseaux sociaux, toute la Côte d’Ivoire a jubilé le 15 janvier 2019 quand la nouvelle est tombée. Dans tous les coins et recoins du pays les Ivoiriens sont sortis en masses pour manifester leur joie, des enfants aux vieux. C’était monstrueux à vivre, peut-être même, les morts étaient sortis aussi, car c’est vraiment le peuple ivoirien qui était dans les rues. Le pays en avait besoin ».

 AL: Quand vous dites que dans tous les coins et recoins du pays les Ivoiriens sont sortis en masses pour manifester leur joie, vous voulez dire que les gens sont aussi sotis pour manifester à Kong, chez le Président Alassane Ouattara?

 Agents DST: « A Kong, Odienné et Korhogo, les populations sont sorties de manière spontanées pour manifester leur joie. A travers tout le pays, il n’y a pas eu le moindre incident de violence. Cela est extraordinaire. Les Ivoiriens ne sont jamais sortis de la sorte dans les rues dans ce pays. C’est pourquoi que nous craignons que le changement de décision de la CPI n’entraine des violences si la cour d’appel maintient Gbagbo en prison ».

 AL: Selon vous qui possédez toutes sortes d’informations sur la Côte d’Ivoire, quels sont les motifs du maintien de Gbagbo en prison après qu’il ait été totalement acquitté?

 Agents DST: « Nous pensons que le droit a été dit par les juges en libérant Gbagbo et Blé Goudé. Ce qui se passe après leur acquittement total, c’est la responsabilité entière du pouvoir de Côte d’Ivoire et de la France qui ne veulent pas le retour de Gbagbo et Blé Goudé en Côte d’Ivoire. Le Président Ouattara sera candidat en 2020, donc l’arrivée de Gbagbo va tout remettre en cause. Vu la popularité de Gbagbo, Ouatarra et la France craignent qu’il ne revienne au pouvoir en 2020.  C’est pourquoi, les autorités ivoiriennes ont deployé de gros moyens financiers pour corrompre le procureur et lejudge Nigerian qui s’est opposé à l’acquittement total du Président Laurent Gbagbo et Ble Goudé. Vu les masses ivoiriennes sorties dans les rues pour manifester, la France a eu peur et a sommé les autorités ivoiriennes de freiner la libération de Gbagbo. Madame Fatou Bensouda est menacée par les Autorités françaises et Ivoiriennes et elle sous d’enormes pressions pour changer la situation. C’est cela qui justifie leur maintien en prison. Mais Fatou Bensouda peut-elle y arriver? Nous ne le savons pas. Mais nous, on’est pas civils, ni politiciens, donc on ne peut rien dire publiquement ».

 AL: Le Président Ouattara a dit qu’il ne sera pas candidat en 2020 alors que vous nous dites qu’il sera candidat. Qui de vous de ou de lui dit la vérité ? 

 Agents DST: « Ecoutez, nous avons laissé ce pays sombrer dans la guerre et les divsions puisque nous ne comprenions pas bien les choses avant. Maintenant que tout le monde sait la vérité, nous n’allons plus jamais répéter les mêmes erreurs et voir le sang des Ivoiriens couler encore.  Nous vous confirmons que le Président Ouattara sera bel et bien candidat en 2020. Le maintien de Gbagbo en prison est planifié, et cela n’est pas bien pour le pays, au plan de la réconciliation et de la sécurité des Ivoiriens. C’est pourquoi nous avons décidé de parler. Tout peut se passer en 2020 si les autorités refusent d’agir avec sagesse et humanisme pour libérer Gbagbo et Blé Goudé. C’est eux qui les maintiennent en prison. Ce n’est plus la CPI ».

 AL: Vous dites que tout peut se passer en 2020 si les autorités refusent d’agir pour libérer Gbagbo et Blé Goudé. Y-aurat-il un coup d’état militaire?

 Agents DST: « Pas jusqu’à ce point. Mais nous voulons dire que l’armée peut être du coté des populations si le pouvoir refuse d’œuvrer pour la réconciliation et la paix. Nous sommes fatigués des divsions inutiles. Moi qui vous parle, je suis du nord mais ma femme est de l’ouest. Nous sommes fatigués des divisons. C’est la raison pour laquelle nous avons décidé de parler publiquement contre la déontologie de notre métier. Si ceux qui qui doivent écouter n’écoutent pas, en 2020, les choses vont plus se passer comme en 2010. Trop c’est trop, nous voulons la paix totale. En 2020, chaque Ivoirien prendra ses responsabilités. Il y a eu trop de morts inutiles dans ce pays. Nous qui vous parlons, nous sommes des ressortissants du nord et le commandant de gendarmerie qui est avec nous est Akan, donc vous voyez qu’il n’y pas de problèmes entre nous, nous mangeons ensemble et nous buvons ensemble. Mais la Crise Soro-Ouattara est une menace réelle pour le pays. Nous voulons la paix totale en Cote d’Ivoire ».

AL: Cela ressemble à une menace voilée, n’est-ce pas?

Agents DST: « Pas du tout. C’est ce qu’il convient de dire et c’est justifié. Pourquoi faire souffrir un peule de la sorte? Nous avons tous fini par comprendre les choses. Gbagbo doit être libéré, sinon il n’y aura pas de paix en Côte d’Ivoire».

AL: Pensez vous que le Président Laurent Gbagbo et Blé Goudé peuvent être libérés par la cour d’appel de la CPI ?

 Agents DST: « Avec la complicité de la France dans cette affaire, nous doutons, mais tout est possible.

AL: Merci d’avoir répondu à nos questions. 

Agents DST: C’est à nous de vous remercier pour cette rare interview qui permettra à la diapora ivoirienne et à tous les Ivoiriens de mieux comprendre ce qui se passe à la CPI.

A l’analyse des informations données par la DST, nous comprenons très bien maintenant la sortie cacophonique d’Ahmed Bakoyoko qui dit que « les élections de 2020 sont déjà bloquées ».  En fait, rien ne dit et ne se fait au hasard. Et puisque Ouattara sera candidat en 2020, il faut alors empêcher par tous les moyens la libération de Laurent Gbagbo et Blé Goudé. Voilà pourquoi le porte-parole de gouvernement suggère la Belgique pour accueillir Gbagbo et Blé Goudé comme s’ils étaient en liberté provisoire. Du fait qu’ils sont totalement acquittés, ils doivent rentrer en Côte d’Ivoire. Mais l’injonction de la France et de Ouattara peut faire changer l’acquittement total en acquittement partiel ou liberté provisoire selon certaines sources diplomatiques. Ce qui les conduirait à rester en dehors de la Côte d’Ivoire dans un autre pays jusqu’en 2021. Mais c’est Dieu qui a toujours le dernier mot. Et quand Dieu tient le destin d’un être humain, tout ce que font les hommes contre lui n’aboutissent pas. Si Gbagbo a survécu les bombes de la France et de l’ONU, il peut aussi survivre les manipulations diaboliques en cours à la CPI.

Mais l’on se demande pourquoi le président Ivoirien est si méchant et aigri envers Laurent Gbagbo et le peuple de Côte d’Ivoire, qui sont ses bienfaiteurs ? Pourquoi tant de haine contre Laurent Gbgagbo ? Je suis pour la réconciliation et la paix en Côte d’Ivoire, mais besoin est-il de reconnaître que Ouattara est tombé sur la Côte d’Ivoire comme un oiseau de malheur.

De 1990 à 2019, rien ne va avec sa présence. Les Ivoiriens sont terrorisés et traumatisés par ses actions et sa personnalité dramaniqueLa personnalité dramanique découle du nom du chef de l’état de Côte d’Ivoire Alassane Dramane Ouattara. En fait, le nom dramane est constitué de deux syllabes « drama et man ». En Anglais, drama veut dire drame ou tragédie et man signifie homme. En un mot, dramane veut dire homme de drame ou de tragédie, donc homme de terreur. C’est pouquoi la Côte d’Ivoire vit des drames depuis qu’il a posé ses pieds dans ce pays qui n’est le sien.

La personnalité dramanique est est une personnalité de terreur qui repose sur la dramanose qui est une maladie mentale caractérisée par la jalousie, la haine, le dédain, l’aigreur, l’hypocrisie, le manque de solidarité, le délire de grandeur, la surestimation du moi ou de soi, de la méfiance, l’égoïsme, la peur, le complexe d’infériorité, l’influençabilité, la soumission, la dépendance mentale et le manque de remords et de dignité.

Ces caractéristiques dramatiques sont celles de La personnalité paranoïaque. Le paranoïaque est un malade mental, un psychotique qui ne sait pas qu’il est malade. C’est une personnalité dépendante, influençable et qui repose fondamentalement sur le complexe d’infériorité. Et c’est ce complexe d’infériorité qui fait que Ouattara nie son origine Burkinabé pourtant reconnue internationalement, et aussi sa soumission aveugle à la France comme un garçon de salle.

Une personne paranoïaque nie et refuse de reconnaître son complexe d’infériorité. Et le refus de ce complexe est souvent transformé en une surestimation de soi ou délire de grandeur.  Ouattara ayant un PhD en économie pense que les Ivoiriens ne savent rien, alors que sa gouvernance est la plus catastrophique que la Cote d’Ivoire ait connue. L’individu se croît supérieur aux autres, les sous-estime, les piétine et les écrasent et n’éprouve aucun remords pour ses victimes. Ce n’est donc pas un fait du hard que Ouattara la solution se comporte comme il le fait et haie Gbagbo et les Ivoiriens jusqu’aux os.

Depuis le 15 Janvier 2019, ni les chefs traditionnels, ni les chefs religieux, ni, l’armée se sont plaints de l’acquittement total de Gbagbo. Mais c’est paradoxalement Ouattra et son clan qui s’y opposent et la DST vient de le révéler. Même Soro Guillaume et Henri Konan Bédié qui ont fait tuer les Ivoiriens et aider à l’emprisonnement de Gbagbo et Blé Goude, se sont réjouis de leur acquittement total. Alors, Pourquoi pas Ouattara ?  Depuis 9 ans qu’il est au pouvoir qu’attendait-il pour indemniser les victimes ? Ceux dont il casse les maisons et qui dorment sous la pluie dans des cimetières, ne sont-ils des victimes ? Ceux qui sont morts en Cote d’Ivoire et particulièrement a Duékoué et jetés dans des puis, ne sont-ils pas des victimes ?

En effet, la surestimation de soi de Ouattata est la cause de sa méfiance et de sa suspicion envers les autres qualifiés de pro-Gbagbo, pro-Bedié ou pro-Soro, et explique sa jalousie et son aigreur.  Qui a dit au Burkina Faso d’être dans le désert pour que notre pays soit pris en otage par les Mossis à cause de la pauvreté de la Haute-Volta ? Ouattara pense que les Ivoiriens sont jaloux de lui et contre lui et ses intérêts. Il développe donc en retour le même comportement. Mais en vérité, c’est son propre comportement qu’il projette sur les autres. Cela conduit finalement à sa peur des autres et à un sentiment d’insécurité et de persécution qui l’envahit. C’est pourquoi, depuis 8 ans le pouvoir d’Abidjan est hanté par le nom de Gbagbo, qui est devenu totem pour la présidence de la république.

Tous ces facteurs produisent chez Ouattara un état d’anxiété qui l’envahit, c’est-à-dire une peur ou crainte non fondée qui aboutit à des fausses accusations, tels que les complots, à des menaces qui se traduisent par anticipation par des attaques verbales ou physiques, des kidnappings, des escadrons de la mort en guise de défense contre des agresseurs qui n’existent pas du tout dans la réalité.  Nous voulons une Côte d’Ivoire réconciliée et paisible.

Nous ne voulons plus de tout cela et nous demandons à Ouattara et Emmanuel Macron de libérer sans conditions le Président Laurent Gbagbo et son Ministre Charles Blé Goudé. Si cela n’est pas fait, il sera lancé en Afrique un vaste mouvement de boycott des produits français en Afrique pour asphyxier l’économie française et contraire la libération de nos frères déportés et pris en otage à la Haye et la libération de notre pays et de l’Afrique. Ce n’est pas une vue de l’esprit, mais notre liberté passera par là en plus de la lutte pour l’abolition du franc CFA. Car le boycott des produits français est l’ultime recours pour l’Afrique pour se faire respecter et acquérir son indépendance politique et économique. Le boycott des produits est une mesure qui fait partie des sanctions que l’ONU impose souvent aux pays les plus faibles. Le boycott des produits est une méthode considérée illégale en France mais que celle-ci utilise souvent comme moyen de pression contre les pays sous-développés. Cette fois-ci la tendance ira à l’inverse pour le respect de l’homme noir.  Que Ouattara, la France et la CPI libèrent nos frères sans la moindre des conditions possibles.

 

Par Anderson Loa

Professeur de Psychologie, Management et Finance.

Email: Andersonloa7@gmail.com

 

Articles Similaires

Football: l’Egypte désigné pour abriter la CAN 2019

tsegbaya

MCIA – la Guinée renforce sa coopération avec le gouvernement japonais

tsegbaya

Environnement : Réunion préparatoire du groupe Afrique en prélude du lancement de la COP 14 de la diversité biologique

tsegbaya

Kipé 2 : l’Etat y rase tout ! (Vidéo)

tsegbaya

Accident grave à Kaloum : 1 blessé et des dégâts matériels importants (vidéo)

tsegbaya

Société : vers la disparition des mœurs et coutumes au profit de la modernisation ?

tsegbaya