Soleil FM

Coup de gueule entre SLECG ET SNE, on s’accuse des deux côtés

Rien ne va plus entre le syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG) et le syndicat national de l’éducation (SNE). Ces deux entités s’accusent mutuellement et se rejettent la responsabilité. Aboubacar Soumah secrétaire général du SLECG a accusé son homologue Pépé Balamou du SNE de trahison. Il a invité par la même occasion invité les enseignants grévistes à resserrer les rangs car, selon lui, la victoire est proche.

Tout est parti samedi dernier lors de l’assemblée générale hebdomadaire du SLECG. Prenant la parole devant des enseignants massivement mobilisés pour l’écouter, le secrétaire général Aboubacar Soumah a traité le SNE de caisse à résonnance.

« Ils avaient payé les primes d’incitations là pour nous faire venir en classe, mais nous enseignants nous les avons montrés que nous ne sommes pas des coqs. Lorsque j’écoute le secrétaire général du SNE, des syndicats créés uniquement pour barrer le chemin au SLECG, des caisses à résonnances fabriquées pour la circonstance qui se mettent à mentir à la population » a accusé Aboubacar Soumah au siège de sa structure.

Comme il fallait s’y attendre, la réponse du secrétaire général du SNE n’a pas tardé. Pepe Balamou affirme que son homologue est encore tombé plus bas. Il estime que ces accusations portées contre sa personne sont des allégations mensongères. 

« Ses calomnies ne sont pas de nature à refroidir notre ardeur à aller vers les enseignants pour essayer de nous battre dans le sens de l’amélioration de leur conditions de vie  et de travail. Ses accusations ne nous fait ni froid, ni chaud. » A répliqué Michel Pepe Balamou au micro de Soleil FM.

Plus loin, le secrétaire général du syndicat national de l’éducation pense qu’avec l’allure que prennent les choses les enseignants finiront par comprendre que c’est le SNE qui défend leurs intérêts. « Il dit que nous avons considéré les enseignants comme des coqs. Ils savent que pertinemment ces primes sont en train de changer véritablement leurs conditions de vie et les enseignants son en train de démanteler, de démolir son entreprise de mensonge qu’il a fait vivre dans la tête des enseignants depuis quatre ans » a renchérit le secrétaire général du SNE

Abordant la grève dite de solidarité déclenchée par 11 centrales syndicales récemment, Pepe Balamou estime tout simplement que le mouvement n’est pas suivi.

Amadou Oury Touré

Related posts

How VR-Like Immersive Experiences Can Be Produced For Real

admin

Ville-morte de l’opposition républicaine : suivie sur un seul axe un seul axe !

tsegbaya

Viol à Conakry : les fillettes pré-pubères payent les frais de la pédophilie

tsegbaya