Soleil FM
  • Accueil
  • Guinée société
  • Coyah : affaire rebellion – ce sont de fausses rumeurs selon Sékou Camara, député de Coyah à l’Assemblée Nationale guinéenne
Guinée société Infos

Coyah : affaire rebellion – ce sont de fausses rumeurs selon Sékou Camara, député de Coyah à l’Assemblée Nationale guinéenne

Des citoyens de la sous-préfecture de Wonkifong dans Coyah ont déserté leur village la nuit dernière pour investir la préfecture. Ces pêcheurs disent avoir vu des bateaux suspects dans leurs eaux. Inquiets, ces citoyens ont cru à une attaque venant d’ennemis de la Guinée. La rumeur s’est propagée dans la ville et les villages. Soleil FM pour plus d’explications, a joint Selon Sékou Camara, député de Coyah à l’Assemblée Nationale guinéenne, qui confirme de fausses rumeurs. Lisez !

« A Coyah depuis 2 heures du matin, la population est sur pieds, mais ce qui reste clair, il y’a plus de peur que de mal. C’est vers Yèkhèfourou qui constitue l’embouchure de tous les fleuves qui quittent Coyah, Wonkifon, Manéah, où des gens ont aperçu des bateaux de pêche au nombre de huit (08). Ayant vu cela et ne sachant rien du contenu des mêmes bateaux qui se sont retournés vers Kasonya, la population a cru avoir aperçu des rebelles. C’est ainsi que les premières personnes ont informé les autres riverains. C’est ainsi que tous les villages se trouvant au bord de la mer ont été informés. Les pères de famille ont alors commencé à mobiliser leurs membres afin de rejoindre rapidement la ville de Coyah.

 Lorsque nous avons été informés la nuit, nous avons directement joint les autorités sécuritaires pour les informer. La sécurité alors a été informée à commencer par le camp de Coyah, et toutes les garnisons autour de Coyah. 

La sécurité a aussitôt rallié les lieux et comme constat, ce n’étaient que de fausses rumeurs. Peu après vers six heures du matin, nous autorités, sommes rendus là-bas et personne ne déclarait rien de concret, puisque chacun disait avoir appris la nouvelle sur la présence de rebelles dans la zone. 

Tout ce qui reste clair, c’est qu’il n’a pas eu de coup de fusil, ni de corps étrangers dans ces villages. Seuls les gens trouvés  vers l’embouchure qui ont affirmé avoir vu des bateaux, au sein desquels, des mercenaires. Alors que réellement, ce n’étaient que des poissons qui s’y trouvaient ». 

 

Sur la même question, le préfet de Coyah Ibrahima Barboza Soumah a rassuré la population. A nos confrères d’Africaguinee, il a laissé entendre ce qui suit : « La bonne information, c’est une société artisanale de pêche Beenhawi qui débarquait du poissons dans une partie de Dubreka. Mais le ministre a interdit  l’activité à cette société qui avait déjà un contenu alors qu’elle avait pris de l’argent avec certaines femmes. La société s’est arrangée avec ces femmes de km 36 de venir au port de Kassonya débarquer. C’est cette société qui a longé toute la rive en passant par Sogueya et autres pour arriver à Kassonya. Les populations n’ont pas l’habitude de voir ces bateaux  alignés avec la même couleur verte. Du coup, la panique s’est emparée de la population  surtout que les bateaux venaient vers leur rive. Pour elles, il s’agissait d’une invasion rebelle.

Depuis 21 heures les populations ne font qu’accourir vers le chef-lieu coté Wonkifon.  A 1 heure du matin nous avons envoyé la gendarmerie et l’armée sur toute la rive nord  pour vérifier et tout. Mais ils n’ont trouvé aucun bateau encore moins une barque la nuit, ni un rebelle, pas de coup de feu rien. Finalement nous avons reçu l’info que les bateaux sont au port de Kassonya, nous sommes là déjà. Les bateaux sont là déjà arraisonnés. Nous avons informé la hiérarchie, la vraie information c’est ça. C’est des bateaux de pêche chinois qui ont créé cette panique. Personne n’était informée, le ministre de la pêche arrive, nous allons garder les bateaux et saisir l’équipage ».

 

SOLEIL FM GUINEE, 93.5

Articles Similaires

Situation alarmante des guinéennes au Koweït : « nous avons reçu et assisté 145 guinéennes », dixit Mamady Traoré

tsegbaya

Marche de l’opposition républicaine : le contre-pouvoir parle de tentative d’assassinat  de Cellou Dalein et de Faya Millimono

tsegbaya

Crise à la cour constitutionnelle : l’OGDH se moque de la motion de destitution des huit conseillers

tsegbaya