Soleil FM
Guinée politique Infos

Crise à la cour constitutionnelle : le motif de destitution évoqué par les conseillers est infondé, selon le barreau de Guinée

Le barreau de Guinée désapprouve la motion de défiance prise par les conseillers de la cour constitutionnelle à l’encontre de leur président Kélèfa Sall. Il l’a fait savoir ce mardi 18 septembre lors d’une conférence de presse qu’il a animé à la maison commune aux journalistes à Coléah.

Cette sortie médiatique du barreau de Guinée  intervient suite au communiqué des conseillers de la cour constitutionnelle lu sur les ondes de la RTG ce lundi.  Ils évoquaient les raisons de la motion de défiance contre le président de ladite cour  kéléfa sall. Me Mohamed Traoré est bâtonnier de l’ordre national des avocats de Guinée. Il précise : « le barreau a exprimé sa position par rapport aux motifs qui ont prévalu à la destitution  de Kéléfa Sall. Les huit conseilleurs ont estimé que leur président est empêché et qu’il ne peut pas donc assumer ses fonctions de président. Partant de cette explication, nous avons essayé d’examiner ce que la loi dit. Nous sommes arrivés à la conclusion selon laquelle, c’est un motif qui n’est pas fondé parce que l’empêchement est bien défini par la loi organique sur la cour constitutionnelle. Il s’agit de l’incapacité physique ou mentale d’un membre de la cour à ne pas pouvoir exercer  ses fonctions. Cette incapacité est constatée par un collège de médecins  spécialistes et assermentés. »

Les initiateurs de cette motion de défiance doivent revenir sur leur décision ou démissionner  pour la crédibilité de l’institution. C’est ce qu’estime Me Mohamed Traoré : « aujourd’hui c’est une situation regrettable parce que les membres de la cour sont considérés comme des sages. Ils ne doivent pas offrir au peuple et à la communauté internationale un spectacle aussi désolant, ce qui peut d’ailleurs entrainer la question de la crédibilité de la cour. Ils doivent revoir leur décision ou démissionner. »  

 

Le barreau de Guinée a invité les membres de la cour constitutionnelle, à être exemplaires et légalistes. Pour éviter de se livrer  en  spectacle aux yeux de la communauté nationale et internationale. Il faut signaler que les conseillers de la cour comptent élire leur nouveau président le 27 septembre prochain.

 

LANSANA CONDÉ

Related posts

Mariame Touré, la Miss-Guinée 2019 continue sa lutte contre les fistules obstétricales

tsegbaya

Politique: Nadia Nahman nommée porte-parole du président de l’UFDG

tsegbaya

En Guinée, le logement coûte de l’or !

tsegbaya