24 juin 2019
Soleil FM

Dabondy 3 : des citoyens plaident le gouvernement de renoncer à la démolition d’habitations

Guinée société Infos

Les habitants de Dabondy 3 dans la commune de Matoto sont sommés de quitter les lieux suite au drame survenu le week-end dernier faisant cinq morts dont une portée disparue. Sur le terrain, les concernés s’activent comme ils peuvent, avant l’arrivée des bulldozers. Ce mardi 21 mai d’ailleurs, les plus avertis rangeaient encore leurs bagages pour éviter des quiproquos.

Que le gouvernement abandonne ce projet de démolition, puisque nous n’avons pas autre abris

Parfois ‘’un malheur ne vient jamais seul’’. C’est ce que les citoyens de Dabondy 3 sont en train de vivre. Au-delà des dernières pluies qui les ont endeuillés et démoli leurs habitations, ils doivent les évacuer illico. Les bâtiments devant être détruits sont déjà identifiés. Abdoulaye Camara est concerné. Il tentait encore de sauver ce qui peut l’être dans ses biens. « Ils ont essayé de cibler certaines maisons pour les démolir mais pas complètement. Telle que la nôtre par exemple. Vous savez, quand la machine touche une maison, c’est pour la détruire complètement. Aujourd’hui, c’est difficile mais à la longue, on comprendra. Donc pour ne pas que ces machines viennent les dégager, nous on prend le devant », explique-t-il.

Contrairement, Alpha Fodé Camara assis devant sa concession, ne semble pas être inquiété par cette décision. Car, dit-il, il n’avait jamais vécu un tel drame depuis belle lurette. « De  1977 à 1984, nous occupions ces lieux. Ce sont les habitants du composte qui ont déversé les ordures dans les caniveaux que voici. C’est ainsi que l’eau de ruissellement a drainé et les ordures et la boue jusqu’à nos habitations. Sinon, l’eau ne nous fatiguait aucunement pas. Donc, nous nous remettons à la volonté des autorités,  en ce sens que si les machines sont déjà sur les lieux, c’est pour démolir. »

Même son de cloche chez cette dame. Pour M’Mahawa Sylla, si les autorités veulent les déguerpir, elles n’ont qu’à leur trouver un lieu de recasement tout d’abord. Elle affirme : « Que le gouvernement abandonne ce projet de démolition, puisque nous n’avons pas autre abris. Où allons-nous envoyer nos nombreuses familles ? Le mieux serait qu’ils vident les caniveaux. Ils verront que l’eau va ruisseler sans problème ».

Pourtant, cette démolition avait été annoncée par le ministre de l’habitat Ibrahima Kourouma avant-hier dimanche 19 mai 2019. Ce jour, le site du drame ainsi que d’autres bâtiments construits sur les caniveaux ont été marqués pour démolition. Neuf habitations avaient été touchées par les bulldozers. Cette initiative est du ministère de l’habitat et pilotée par la mairie de Matoto.

« Aidez-nous ! Mes enfants sont tous morts »

Lundi 20 mai, une délégation gouvernementale a fait don de dix-millions de francs guinéens,  à la famille des enfants ayant perdu la vie dans ladite inondation à Dabondy3 le week-end dernier. Dans cette délégation conduite par le secrétaire général de la ligue islamique de Guinée El Hadj Jamal Bangoura, se trouvaient aussi la ministre de l’action Sociale Madame Diaby Hadja Mariama Sylla, et des représentants des ministères de l’énergie et de l’habitat. C’était à l’occasion de l’enterrement des quatre victimes retrouvées.

Le père des enfants partis à jamais avait expliqué lamentablement les conditions dans lesquelles ses quatre mômes avaient perdu la vie le samedi 18 mai, jour du drame. « C’est l’eau de pluie accompagnée qui a fait tomber notre mur aux environs d’une heure du matin. C’est dans cette inondation  que quatre de nos enfants ont péri, ainsi qu’un enfant de mon voisin. C’est à cause des ordures qui ont  obstrué le passage de l’eau. C’est ce qu’a dévié l’eau de pluie et venir faire tomber le mur de ma maison ».

Sa femme, une jeune-dame apparemment désespérée n’a cessé de crier son amertume. « Aidez-nous ! Mes enfants sont tous morts, eh mon Dieu », pouvait-on entendre.

 

La cinquième victime de cette inondation quant à elle, reste pour le moment introuvable.

Affaire à suivre !

 

SAMUEL DEMBA DUOLAMOU

Articles Similaires

Insécurité alimentaire : les aliments non couverts source de maladie diarrhéique (Reportage)

tsegbaya

5 Things The Stock Market Doesn’t Give A Hoot About

admin

La vaccination : un droit pour les enfants

tsegbaya

Éradiquer la peste des petits ruminants en Guinée, le ministre de l’élevage est à pied d’œuvre

tsegbaya

Zimbabwe: la Cour constitutionnelle valide l’élection d’Emmerson Mnangagwa

tsegbaya

Les médecins se mobilisent pour convaincre les familles à accepter de faire vacciner leurs enfants

tsegbaya