18 janvier 2020
Soleil FM

Damaro : le club des jeunes filles leaders prône la défense des droits des jeunes filles

Guinée société Infos

L’antenne communale du club réitère son engagement pour la défense des droits des enfants

Lors de sa mission de terrain dans les différents bureaux de l’UNICEF à travers le pays, Dr Pierre Ngom, le Représentant de l’UNICEF s’est rendu à Damaro, l’une des communes rurales de la préfecture de Kérouané située à 75 km du centre-ville. Son arrivée a été une opportunité pour l’antenne communale du « club des jeunes filles leaders » de Damaro, de réitérer leur engagement pour la défense des droits de leurs paires.

Ces filles estiment qu’étant victimes du mariage précoce, des mutilations génitales féminines et très souvent de déscolarisation due à plusieurs facteurs, elles sont mieux placées pour parler à leurs parents des effets néfastes de ces maux sur leur santé et leur future vie conjugale. Parmi les actions que le club a menées, l’on peut citer la sensibilisation sur la nécessité de l’abandon de l’excision, les mariages précoces et la déscolarisation de la jeune fille entre autres. C’est ainsi qu’elles ont interpellé leurs parents en ces mots : « chers mamans, chers papas, nous vous aimons bien et nous vous comprenons bien. Vous avez peur de nos grossesses précoces, c’est pourquoi vous nous donnez en mariage avant l’âge légal. Faites-nous désormais confiance, donnez-nous le temps d’étudier comme les hommes, nous pouvons faire mieux qu’eux. Nous disons stop à la déscolarisation des filles à des fins sociales et économiques ».

Dans cette commune de convergence de Damaro, l’UNICEF a pu réinsérer des jeunes filles qui n’ont pas eu la chance d’aller à l’école, ajoutera le club des jeunes filles de Damaro.
S’adressant à Pierre Ngom, au nom de sa commune, Zakaria Camara, maire de la commune rurale de Damaro le remerciera et ne manquera pas de revenir sur les actions de l’UNICEF dans sa commune en faveur des enfants et des femmes. Il s’agit de l’action sociale qui a permis grâce à l’implication de l’UNICEF, de créer 44 structures de protection de l’enfant contre 20 en 2017. Pour ce qui est de la santé et de la nutrition, c’est l’octroi des motos et des frigos solaires dans le cadre du programme élargi de vaccination, la formation de 15 groupements féminins sur les séances de démonstrations culinaires. Et quant à l’éducation, c’est la mobilité assurée du DSEE (Directeur Sous-préfectoral de l’Education Elémentaire) en le dotant d’une moto, ainsi que la construction et l’équipement d’un CEC hangar (Centre d’Encadrement Communautaire) de 2 salles de classes à Damaro.

Femmes et hommes se relayeront ensuite sur la tribune pour témoigner des effets de ces interventions sur leur vécu.  « L’UNICEF nous a appris les démonstrations culinaires pour lutter contre la malnutrition. Avant, nos enfants souffraient de la diarrhée et d’autres maladies provoquées par le manque d’hygiène, car l’on ne savait pas comment il fallait s’y prendre, mais nous l’avons compris à la suite de la formation que l’UNICEF nous a donnée. Maintenant, nos enfants tombent de moins en moins malades et cela nous aide, car l’argent qu’on allait dépenser pour leurs soins est dorénavant orienté à la satisfaction d’autres besoins », se félicite Aminata Camara

Parlant de l’enregistrement des naissances et son niveau d’intégration maintenant dans les pratiques des communautés, Moriba Sidibé, le deuxième Imam de la commune rurale de Damaro dira « Nous Imams d’ici, nous ne baptisons plus un enfant sans qu’il ait son extrait d’acte de naissance ».

Pierre Ngom exprimera à son tour toute la volonté de l’UNICEF de continuer de travailler avec la communauté de Damaro pour une meilleure réalisation des droits de l’enfant « J’ai écouté avec attention le discours de monsieur le maire et j’ai remarqué qu’il y a beaucoup de progrès dans tous les domaines, que ce soit l’éducation, la santé et la protection des enfants. Tous ces progrès sont possibles parce que vous les communautés de Damaro vous voulez qu’il y ait des progrès pour les enfants, parce que vous acceptez de travailler avec l’administration locale. Votre engagement doit continuer parce que lorsque l’enfant va bien, tout va bien. L’UNICEF continuera toujours à vous supporter dans cet engagement ».

Source : UNICEF

Articles Similaires

METFPET – Vers l’organisation du 1er salon des entrepreneurs de Guinée

tsegbaya

Visite officielle du président George Wéah en Guinée

tsegbaya

La liberté d’expression menacée en Guinée: le syndicat de la presse privée interpelle l’Etat

tsegbaya

Le REFMAP actif dans la préservation de la paix et la gestion des conflits

tsegbaya

Kaloum : les travailleurs du port très remontés, protestent contre l’interpellation de Cheick Touré (vidéo)

tsegbaya

N’Zérékoré: des enseignants en colère devant la DPE

tsegbaya
%d blogueurs aiment cette page :