17 juillet 2019
Soleil FM

Déguerpissement : Dar-Es-Salam va-t-il tomber comme Kaporo-Rails ?

Guinée politique Infos

Les habitants de la décharge de Dar-es-Salam ont jusqu’à ce jeudi 9 mai pour quitter les lieux. Faute de quoi, ils seront déguerpis par la puissance publique. Selon nos informations, plus de deux cent familles sont concernées par cette mesure du ministère de la ville. Lesquelles conditionnent leur départ des lieux par un dédommagement à la hauteur des investissements réalisés.

C’est dans une correspondance signée du ministère de la ville en date 19 avril que les concernés ont été saisis. Depuis cette annonce, les 200 familles et quelques du secteur 1 quartier Dar-Es-Salam, ne savent plus à quel saint se vouer. L’argument de l’Etat selon lequel ils ont été dédommagés n’est point une réalité défend leur porte-parole. Issiaga Bangoura explique : « Les gens ne sont pas fous. Si on vient donner de l’argent à un occupant de quitter les lieux et après il revient occuper, s’installer. C’est autre chose. Vous-même jugez cette histoire, elle est purement fausse ».

Selon les premiers habitants, l’Etat avait bien limité la zone par des grillages. La question que se posent à ce jour ces habitants est de savoir pourquoi franchir cette barrière ? Alsény Soumah l’un des occupants des lieux s’indigne. « Je ne sais pas où aller. J’occupe là depuis des décennies. Si quelqu’un veut m’enlever ici, il faut qu’il me tue complètement. Parce que je ne peux pas aller ailleurs. On n’a pas trouver ces ordures ici, ce sont elles qui nous ont trouvé ici’’.

M’Mah Doumbouya, qualifie cette affaire de trahison de la part des autorités. Elle se dit déterminée à défendre ses intérêts jusqu’à son dernier souffle. « Il faut dire que nous sommes frustrés par nos autorités. Car c’est récemment que notre chef de quartier nous a informé que le ministre Ibrahima Kourouma lui avait dit de libérer les lieux, sinon les autorités userons de leurs moyens pour nous faire partir . Mais une chose est claire, si ce sont elles qui ont raison, nous allons céder, dans le cas contraire, ils marcherons sur nos cadavres avant de se saisir de la zone ».

 

Selon nos informations, l’Etat avait dédommagé deux-cent-une familles en raison de vingt millions franc guinéens chacune. Une somme jugée très dérisoire par les concernés vue la flexibilité de la monnaie guinéenne.

 

SAMUEL DUOLAMOU

Articles Similaires

Prix du carburant /Grève des syndicalistes : « si on ferme l’aéroport, on perd des milliers de dollars par jour », dixit un citoyen

tsegbaya

UNICEF-Guinée rencontre les maires des 40 communes rurales de convergence

tsegbaya

Le SLECG aux enseignants du public d’arrêter les cours dans les écoles privées : voici ce que pensent les citoyens

tsegbaya

Journée d’assainissement : les marchés de la commune de Matoto très sales !

tsegbaya

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro démissionne de son poste de président de l’Assemblée nationale (discours)

tsegbaya

Sékou Koureissy Condé chez Cellou Dalein : voici ce qu’il a dit à l’opposant !

tsegbaya