21 janvier 2019
Soleil FM

Ecole guinéenne : de mieux en mieux, les cours reprennent dans les établissements

Guinée société Infos

Deux semaines après la rentrée scolaire, certains établissements publics  de la capitale sont toujours caractérisés par la morosité des cours. Si certains connaissent la présence effective des encadreurs, professeurs et élèves, d’autres par contre font l’objet de rénovation et d’absence d’élèves et professeurs.

Contrairement à certains établissements publics de Conakry qui ne connaissent pas d’engouement, le lycée Lambanyi dans la commune de Ratoma lui, reçoit élèves et enseignants en effectivité. C’est ce que témoigne Issa Kouyaté, proviseur de ladite école : « depuis le 03  octobre dernier, notre école a toujours fait des cours. Ce lundi 15 octobre 2018, sur 22 professeurs programmés, il y avait que 07 professeurs contractuels et 21 qui ont répondu présent. Le nombre d’élèves prévu était à 400 au total et on a eu 325 présents. »

Au lycée Kipé, on note la présence des élèves malgré l’absence de quelques enseignants. Ces témoignages sont ceux de Sarata Kaba et Alpha Mamadou Diallo, tous élèves dudit établissement « les terminales sociales 1, 2 et 3 étaient  regroupées dans une  même salle. Ce matin, on a suivi les cours de philosophie. Pendant que nous étions en plein cours, notre professeur de philosophie a été soudainement appelé et il est sorti de la salle. Beaucoup d’autres étaient aussi absents. Depuis qu’on a commencé les cours, nous avons vu qu’une seule matière. Nous lançons un appel au gouvernement et au SLECG de trouver une solution, car notre avenir en dépend. »

De là nous nous sommes rendus à l’école primaire de Dixinn-centre où les enseignants ont répondu présent à l’appel, mais les élèves brillent par leur absence. D’où l’appel de Mamadouba Boffa CAMARA, Directeur de ladite école : « je lance un appel aux parents d’élèves, parce que les enseignants sont présents mais les élèves sont absents. Il faudrait qu’ils laissent leurs enfants pour venir suivre les cours à l’école. Les enfants représentent leur avenir, notre avenir et l’avenir de la Nation. »

Il était 11h30 lorsque notre équipe de reportage est arrivé au lycée Donka. Dans cet institut public, seulement 10 salles sur les 24 sont occupées avec moins d’effectif. Mikael Camara enseignant contractuel, se dit inquiet de la situation.Il lance un appel au SLECG et au gouvernement : « je n’ai pu que réunir deux classes pour enseigner. Je suis inquiet de la situation. Je ne peux que dire à l’Etat et  au SLECG de trouver un terrain d’entente, parce que l’avenir d’une nation repose essentiellement sur l’éducation et qui dit développement, parle de la ressource humaine formée et qualifiée.»

 

Il faut aussi signaler que certaines écoles visitées dans la commune de Matoto sont toujours en rénovation.C’est le Cas du lycée Ahmed Sékou Touré et celui  de Léopold Sédâr Senghor.

 

 Lansana Condé 

 

 

Articles Similaires

Presidents, Race and the Military, in the 1940s and Now, A Throughout Comparision

admin

China Said to Quickly Withdraw Approval for New Facebook Venture

admin

This Week in VR Sport: VR Sport Gets Its Own Dedicated Summit

admin

La pauvreté : l’une des causes du mariage précoce en Guinée

tsegbaya

N’Zérékoré: un enseignant « affamé » tombe devant ses élèves et crée la psychose dans la ville

tsegbaya

21 septembre : journée mondiale de la paix

tsegbaya