Soleil FM
  • Accueil
  • Cultures
  • Edif PIAF continue de vivre à travers sa musique classique !
Cultures Infos

Edif PIAF continue de vivre à travers sa musique classique !

Edif PIAF ou la Môme PIAF est née le 19 Décembre 1915 à Paris en France et décédée à ses 47 ans, le 10 Octobre 1963 à Grasse Alpes-Maritimes. Ce mois d’octobre ne peut terminer sans rendre hommage à cette femme de la musique classique française.

Edith Giovanna GASSION est une chanteuse, parolière et actrice qui à ses débuts n’a pas été facile. D’abord chanteuse de cabaret, c’est là qu’elle est découverte en Automne  1935 au coin de l’avenue Mac-Mahon et de la rue Troyon par Louis LEPLEE, ce gérant de Cabaret Le Gerny’s sur les Champs-Elysées. A cette époque, la Légendaire PIAF chantonne des chansons du répertoire de FREHEL, ainsi Louis LEPLEE devient son père et mentor adoptif qui en l’engageant dans son cabaret lui donna le nom de PIAF, son nom d’artiste La Môme PIAF. PIAF qui signifie un Moineau en raison de sa petite taille, qu’elle hérita de son père.

Un succès après l’enregistrement de son premier disque, les Mômes de la Cloche, chez Polydor mélangeant à l’assassinant de LEPLEE, son père adoptif dans son lit. Un évènement qui a été à l’origine d’une vindicte médiatique. Elle a risqué de retourner à sa rue et cabaret de misère.  Elle perdra son engagement mais le succès est revenu à elle.

Vous rappelez vous de ses musiques : Hymne 0 l’Amour, mon Dieu, chanté en la mémoire de son Amour CERDAN ?

Lors du décès de son plus grand Amour le 28 Octobre 1949, le champion du monde de boxe poids moyen en 1948 dans un accident d’avion, Edith Piaf se voit anéanti par la perte de son Marcel CERDAN, son état était si délabré qu’elle a refusé les rôles au cinéma.

En 1951, Charles AZNAVOUR devient son homme à tout faire, du confident au chauffeur, Secrétaire et bras droit, elle lui dédia des chansons comme ‘’ Plus bleu que tes yeux, Jezebel ‘’ Eternelle amoureuse elle a connu des périodes très difficiles avec la désintoxication en 1953.

Retenons d’elle ses mots comme : ‘’ Il y a des silences qui en disent long comme des il y a des paroles qui ne signifient rien.’’ ‘’ C’est l’amour qui fait qu’on aime, c’est l’amour qui fait rêver, c’est l’amour qui veut qu’on s’aime, c’est l’amour qui fait pleurer’’ et ‘’ La mort, c’est le commencement de quelque chose.’’ Et comme ces musiques : ‘’Mon Légionnaire en 1936, en 1946 la vie en rose, ajoutons à cela, 1960 non, je ne regrette rien’’.

 

Octobre ne peut passer sans qu’il ne te sourit, Dors en Paix, Femme de la Langue Française et de la Musique Classique.

 

Ébène Baloka

Articles Similaires

Célébration de la fête du 02 octobre : N’Zérékoré s’active dans les préparatifs…

tsegbaya

MJEJ- journée internationale de la jeunesse, le ministre ambitionne de multiplier les initiatives en faveur des jeunes

tsegbaya

Emmanuel Macron opte pour un remaniement minimal

tsegbaya