Partager
Emmanuel Macron officiellement investi (Vidéo)

Emmanuel Macron officiellement investi (Vidéo)

Le 8e président de la Ve République a été investi lors d’une journée qui l’a vu remplacer François Hollande à l’Elysée, rendre visite à des militaires blessés et prononcer ses premiers discours. Quelques gouttes de pluie, quelques éclaircies, beaucoup de figures imposées protocolaires et des messages très clairs envoyés aux Français, à son prédécesseur, aux armés… le nouveau président, Emmanuel Macron, a été investi comme le 8e président de la Ve République, et, à 39 ans, le plus jeune de l’histoire de la France.

L’arrivée de Macron et le départ de Hollande

Tout a commencé par la traditionnelle marche sur le tapis rouge déployé dans la cour d’honneur de l’Elysée. Emmanuel Macron, arrivé à bord d’une Renault Espace blindée, François Hollande, qui l’attendait sur le perron, ont rejoint dans la foulée le bureau présidentiel – le Salon d’or du premier étage – pour une discussion d’une bonne heure.

Emmanuel Macron, un « homme de notre temps », est investi

Après le départ de François Hollande, que M. Macron a applaudi en le raccompagnant à sa voiture, a commencé la cérémonie d’investiture à proprement parler. Laurent Fabius, le président du Conseil constitutionnel, a proclamé les résultats officiels, s’écartant de la tradition pour saluer un « homme de notre temps », citant Chateaubriand et évoquant la campagne « chamboule-tout ».

Après avoir reçu les insignes de grand-croix de la Légion d’honneur, Emmanuel Macron a prononcé le son premier discours officiel devant les caméras de télévision et environ 300 invités : « Je ne céderai sur rien des engagements pris vis-à-vis des Français. Le travail sera libéré, les entreprises seront soutenues, la création et l’innovation seront au cœur de mon action. Nous avons besoin d’une Europe plus efficace, plus démocratique, plus politique, car elle est l’instrument de notre puissance et de notre souveraineté. J’y œuvrerai. »

Des gestes et des messages pour les militaires

 

Premier président de la République à ne pas avoir effectué son service militaire, Emmanuel Macron a ensuite multiplié les gestes à l’égard des militaires, passant d’abord en revue les troupes dans les jardins de l’Elysée tandis que 21 coups de canon étaient tirés depuis l’esplanade des Invalides, sur l’autre rive de la Seine.

Puis, le nouveau président a remonté seul les Champs-Elysées à bord d’un « command car » militaire et est allé à pied jusqu’à la place de l’Etoile, escorté des motards et des cavaliers de la Garde républicaine, avant de raviver la flamme sur la tombe du soldat inconnu, sous l’Arc de triomphe. Le tout sous haute sécurité : près de 1 500 policiers et gendarmes ont été mobilisés.

Au retour, redescendant les Champs-Elysées à bord d’une DS7 Crossback, Emmanuel Macron a rendu hommage au policier Xavier Jugelé, tué le 20 avril, en faisant une halte sur les lieux de son assassinat.

 

Rencontre avec des soldats et passage à l’Hôtel de Ville de Paris

Pour son premier déplacement présidentiel, dans la foulée, il s’est déplacé à l’hôpital militaire Percy de Clamart (Hauts-de-Seine) pour rencontrer trois soldats blessés en opération au Mali et en Afghanistan. Selon l’Elysée, le chef de l’Etat « a souhaité, comme premier déplacement, se rendre au chevet des soldats blessés au combat, pour défendre notre nation et la liberté dans le monde ».

Le marathon du nouveau chef de l’Etat, qui a annoncé qu’il résiderait à l’Elysée avec son épouse Brigitte, s’est poursuivi par une nouvelle cérémonie, tout aussi traditionnelle, à l’Hôtel de Ville de Paris en présence de la maire Anne Hidalgo et près de 800 invités.

Mme Hidalgo a d’abord salué l’élection d’Emmanuel Macron, « comme une victoire de la République ». Dans un discours qui avait parfois des allures de politique générale, et en particulier parisienne, la maire de Paris a insisté sur les défis à relever, le plus urgent et important selon elle étant « le changement climatique ».

 

Puis ce fut au tour du nouveau président de rendre hommage à Paris, « clé de voûte de notre nation », « ville-monde » et « sismographe de tous les événements tragiques qui secouent la planète ».« En venant devant vous, je ne me conforme pas seulement à un rite républicain, je viens au cœur de notre pays, au cœur meurtri, au cœur battant, qui le 7 mai a porté un message de liberté et de fierté. »

Il a ajouté qu’il « accompagnerait pleinement » la capitale « dans l’ambition des JO et des Jeux paralympiques de 2024 », alors qu’une délégation du Comité internationale olympique est actuellement en visite sur le sol français.

En marge des festivités, ont été annoncés les premiers noms de l’équipe d’Emmanuel Macron. La nomination du premier ministre devrait intervenir « plutôt lundi », comme celle du gouvernement, selon l’entourage d’Emmanuel Macron. Quant au nouveau président, il s’envolera pour son premier déplacement officiel vers l’Allemagne, où il s’entretiendra, à partir de 17h30, avec Angela Merkel.
(Source: LeMonde)

Vos commentaires