Partager
Examen de fin d’études élémentaires: un examinateur éliminé à Mamou

Examen de fin d’études élémentaires: un examinateur éliminé à Mamou

L’examen de fin d’étude élémentaire a débuté ce lundi dans la préfecture de Mamou. Les surveillants, agents de santé, de sécurité et les élèves se sont rendus tôt le matin dans les différents centres. Du coté des autorités éducative et l’administration territorial, ils sont sur le terrain pour la supervision en compagnie de Djiguiba Sacko directeur national adjoint chargé de l’enseignement privé qui est en même temps, superviseur de la région de Mamou.

Ce sont 6 347 candidats dont 2 757 filles répartis dans 38 centres qui affrontent l’examen de fin d’études élémentaires dans la préfecture de Mamou. Le lancement de la première épreuve de la journée qui est la rédaction a été lancée au centre Boubacar Biro Kourou Diallo, ex-centre 1, situé au quartier « Almamya résidence » dans la commune urbaine de Mamou.

L’ouverture du plis a été fait dans la salle 7 par le gouverneur de la région Amadou Oury Diallo en compagnie du superviseur de la région et de l’inspecteur régional de l’éducation de Mamou monsieur Sidibé Mamady,  assisté de certains cadres de l’IRE.

Constitué de dix salles et de 298 candidats, pour 20 examinateurs, un agent de santé et un agent de la sécurité. Monsieur Sacko Djiguiba le superviseur régional et ses hôtes, ont fait le tour des dix salles avant de donner des sages conseils aux collègues.

Après le centre 1, la délégation dirigée par le superviseur et l’inspecteur est scindée en deux groupes. L’inspecteur avait la charge de visiter le centre abattoir Loppé Tambassa avant de rallier la sous-préfecture de Soya, sur la nationale Mamou-Faranah. Quant au superviseur, il s’est rendu à Sory Condé, El-hadj Boubacar et Pethelun surveillant a été éliminé pour port de téléphone.

Après ce centre, il s’est rendu dans la sous-préfecture de Bouliwel où il a procédé au lancement de la seconde épreuve avant de terminer par la sous-préfecture de Tolo. Là, il a clôturé la première journée.

 

Correspondance d’Alpha Oumar Sylla depuis Mamou

 

 

 

 

 

Laissez un commentaire