23 mars 2019
Soleil FM

Général Ansoumane Baffoe Camara sur les raisons de l’encerclement du domicile de Cellou Dalein Diallo

Guinée politique Infos

L’opposition républicaine à sa tête le président de l’UFDG Cellou Dalein Diallo a annoncé une série de manifestations sur toute l’étendue du territoire national. C’est pour fustiger selon elle, le non-respect des accords politiques et l’installation sélective des élus locaux.

Ce mardi 30 octobre, le contre-pouvoir a projeté de marcher du rond-point Tannerie à l’esplanade du stade du 28 septembre. Mais cette marche comme celle de la semaine dernière est empêchée par les forces de l’ordre qui ont encerclé très-tôt, la demeure du chef de file de l’opposition. Ce dernier qui est arrivé un peu plus tard chez lui, a présenté sa poitrine aux forces de l’ordre, une façon de leur dire : « me voici, tuez-moi ». 

Pour le Directeur Central des Unités d’Intervention de la Police, cette réaction de l’opposant n’a pas lieu d’être, puisque leur présence aux alentours du domicile de Cellou Dalein est d’une grande importance, celle de le sécuriser.

Le Général Ansoumane Baffoé Camara qui a accordé une interview à Soleil FM a laissé entendre ce qui suit :  » Nous sommes là juste pour assurer sa sécurité, ce n’est pas pour porter atteinte à sa personne. Ce Monsieur nous est cher, il est cher pour le peuple de Guinée. Nous avons reçu les instructions d’assurer la sécurité de son domicile, de faire de façon qu’il ne puisse pas s’aventurer vers les quartiers profonds pour éviter que ce qui est arrivé la fois passée ne puisse arriver. Parce que l’affaire est maintenant devant la justice. On est entrain de mener les enquêtes. On cherche les auteurs. Si c’est un projectile ou si c’est des outils de grenade ou si c’est vraiment une balle réelle qui a atteint son véhicule, on est entrain de chercher les auteurs et nous sommes aussi entrain de mener les enquêtes parce qu’il a été dit à l’opinion nationale et internationale qu’il y’a une planification de porter atteinte à sa vie. ça, c’est une expression très  grave ! Donc si l’Etat n’arrive pas à mener des dimensions, le laisse aller là où il veut et n’importe où, on ne sait pas qui est qui !

Nous les services de sécurité, en notre sein, on se contrôle, on sait qui est qui, mais quand une foule les accompagne (les opposants), nous on ne connaît pas qui est à l’extérieur et les gens qui les accompagnent ne sont pas tous de l’UFDG ! Il y’a les gens frustrés de la société civile, d’autres bords,   des infiltrations ! Donc, c’est pour cela qu’on évite les attroupements pour le moment autour de lui  jusqu’à ce que les choses soient claires. C’est tout simplement ça.

Vous ne pouvez pas parler de séquestration pendant qu’il est sorti de son domicile ! On l’a tous vu venir face aux forces de l’ordre ! Il a ouvert sa poitrine ! Qui l’a frappé ? Qui lui a fait quoi ? Il peut même me giflé et me  dire couche toi et je le ferai ! Il est notre chef, on ne peut pas lui porter atteinte. C’est lui qui est autorisé de nous insulter et de nous faire tout ce qu’il veut. On est là pour sa sécurité ! « . 

 

Soleil FM Guinée, 93.5

Articles Similaires

MASPFE – Le gouvernement guinéen et l’OIM s’engagent  à créer des opportunités pour permettre aux jeunes guinéens de rester au pays

tsegbaya

Algérie : voici l’adresse à la Nation du président Abdelaziz Bouteflika

tsegbaya

Gel de salaire de onze-mille cent-quarante-huit enseignants : le Syndicat National de l’Education contre cette mesure

tsegbaya

Mamadou Toss Camara, nouveau maire de Matoto !

tsegbaya

coalition guinéenne pour la cour pénale internationale demande l’indemnisation des victimes du 28 septembre 2009

tsegbaya

Six textes de lois passent au parlement comme lettre à la poste

tsegbaya