20 avril 2019
Soleil FM

Grève des enseignants : le SLECG crie au secours !

Guinée économie Infos

Les lignes n’ont encore pas bougé ce mercredi entre le Gouvernement et le Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée. Au sortir de la rencontre tenuE  au Ministère de la Fonction Publique, le SLECG a réitéré le maintien de son mot d’ordre de grève illimitée sur toute l’étendue du territoire national jusqu’à la satisfaction de ses points de revendication.

Réunis pour une énième fois autour de la table de négociation, les émissaires du gouvernement et du SLECG n’ont pas trouvé une  solution à la crise qui paralyse l’école guinéenne. Pour le deuxième secrétaire général du SLECG, les représentants de la partie gouvernementale  à ces discussions n’inspirent pas confiance. Oumar Tounkara affirment : « Le gouvernement est resté sur sa position comme quoi, il ne peut rien faire en ce qui concerne l’augmentation autour  des huit(8) millions. Mais nous avons pensé que l’équipe que nous avons devant nous n’a pas la solution, elle n’est pas qualifiée pour trouver la solution ». 

 

Pour  mettre fin à cette grève des enseignants, Oumar Tounkara interpelle le chef de l’Etat, les présidents  des institutions nationales et les associations des parents d’élèves. « Nous demandons au président de l’assemblée nationale, la première dame de la république,  au président du conseil économique et sociale au médiateur de la république, au conseiller personnel du chef de l’Etat, au signataire du Protocole du 13 mars  2018, femmes de la Mano river-union, à l’association des étudiants et élevés de guinée, à la Fédération Guinéenne des Parents D’Elèves, à tous les hommes de bonne foi, au conseillers connus et anonymes du chef de l’Etat de s’associer au bureau exécutif national du SLECG pour demander au président  de la république de bien vouloir s’impliquer personnellement pour trouver quelque chose des huit (8) millions, afin que les enfants reprennent le chemin de l’école ».

 

Le SLECG bien ouvert à toute négociation dit-il, demande à tous les enseignants le respect du mot d’ordre de grève jusqu’à nouvel ordre. Quant à la partie gouvernementale, elle n’a rien dit à la presse.

 

FANTA KONATE

Articles Similaires

Enseignement supérieur : Yéro Baldé dresse le bilan des 8 dernières années

tsegbaya

N’Zérékoré / bagarre d’un couple : un bébé de neuf mois y laisse sa vie !

tsegbaya

10 septembre : journée mondiale de la prévention du suicide

tsegbaya

Mobilisation citoyenne dans toute la France pour le climat

tsegbaya

Hôpital Ignace Deen : « il n’y a absolument aucun moyen technique dans la salle de réanimation », dixit Honorable Ben Youssouf Keïta

tsegbaya

Bilan de la ville-morte de l’opposition à Matoto

tsegbaya