27 juin 2019
Soleil FM

Grève du SLECG : les huit-millions ne sont pas programmés dans le budget de l’Etat cette année !

Guinée économie Infos

Le Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée SLECG était réuni avec la base, ce samedi 13 octobre à son siège à Dixinn. Objectif, faire le compte-rendu des dernières négociations avec le gouvernement, le remplacement des enseignants en grève et l’affectation arbitraire de leurs  représentants dans les institutions publiques. 

Venus très nombreux pour soutenir leurs négociateurs, les enseignants du public ont répondu présent à leur assemblée hebdomadaire générale. Pour le secrétaire général du SLECG, l’Etat trompe le peuple, en procédant à un remplacement illégal dans les écoles.

La veille, le vendredi 12 octobre, gouvernement et syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée étaient de nouveau autour de la table pour discuter des points de revendications des enseignants, avec comme principal point, les 08 millions discutables, comme salaire de base. Pour cette journée aussi, rien n’a bougé. 

 

Réunis pour une énième fois, les deux parties sont restées camper sur leurs positions. Pour la partie gouvernementale, elle travaille sur les conditions de vie des travailleurs notamment les enseignants. Mounir Camara, conseiller politique du premier ministre explique : « Toute dépense qui n’est pas programmée dans le budget est une entorse dont les conséquences sont immédiates. La nature a horreur du vide, donc nous avions dit à nos partenaires que le gouvernement est entrain d’étudier les différentes conditions d’amélioration des conditions de vie des travailleurs, dont les enseignants ».  

Le SLECG de son côté exige du gouvernement une proposition de solution, avant de mettre fin à la grève.

« Nous sommes disposés au dialogue mais il faut que le gouvernement nous fasse une proposition sur les 08 millions, on a dit négociable. Mais nous ne pouvons   pas suspendre la grève comme le gouvernement le souhaite sans qu’on ait quelques chose. Encore une fois, nous demandons à tous les enseignants de Guinée, de Kassa à Yomou d’observer le mot d’ordre de grève. Et nous demandons aux parents contrairement aux déclarations de certains démagogues qui disent aux parents d’envoyer les enfants à l’école, ils n’ont qu’à garder leurs enfants à la maison jusqu’à ce que  consensus soit trouvé entre gouvernement et syndicat », a affirmé Oumar Tounkara, 2eme secrétaire général dudit syndicat.

Les médiateurs pour la circonstance estiment qu’il y’a une volonté de négociation dans tous les cas. Alia Camara est l’inspecteur général du travail. « La médiation a constaté que les deux parties étaient toutes disposées à poursuivre le dialogue avec nous, ce qui est une chose extrêmement importante. La deuxième chose que nous avons noté, c’est la position des uns et des autres ».

 

Rendez-vous lundi 15 octobre prochain, pour la suite des négociations.

 

Samuel Duolamou et Simone Ouendéno

Articles Similaires

L’Assomption ou la levée de la vierge Marie au ciel

tsegbaya

Santé : la césarienne est  » gratuite  » selon le ministre Edouard Nyankoye Lamah

tsegbaya

MCIA – Des vivres pour les cantines scolaires, la Guinée bénéficie de l’appui du Japon

tsegbaya

Santé : la Planification familiale une réalité en Guinée malgré les obstacles

tsegbaya

Installation des exécutifs communaux : l’UFR dénonce une violation des accords

tsegbaya

N’Zérékoré : les rotiniers en colère

tsegbaya