25 avril 2019
Soleil FM

Guinée : Bilan 2018 du ministère de la sécurité et de la protection civile

Guinée politique Infos

Au ministère de la sécurité et de la protection civile, l’année 2018 a été marquée par le coup d’envoi de trois mois de plan d’urgence assortis des états généraux de la sécurité routière. A cela, il faut ajouter la formation et le déploiement de plus de 1000 nouveaux fonctionnaires dans les écoles nationales de police et de protection civile. L’année qui s’éclipse à jamais, c’est aussi la nomination d’Alpha Ibrahima Kéira à la tête de ce département en remplacement de Maitre Abdoul Kabèlè Camara. Pour juguler l’insécurité galopante et autres cas de vandalisme à Conakry, des PA ont été installés à certains endroits de la capitale. Fruit d’une étroite collaboration entre le département de la sécurité et celui de la défense.

L’année qui finit aura été marquée par de grandes mutations au sein du ministère de la sécurité et de la protection civile. A seulement trois mois, Alpha Ibrahima Keira remplace maitre Abdoul Kabèlè Camara qui avait jusque-là assuré l’intérim à la tête de ce département. Les premières activités de l’année 2018 à l’actif de ce ministère restent bel et bien la formation en déontologie et en conduite automobiles des agents de la sécurité routière. Une activité qui a coïncidé avec la mise à exécution du plan d’urgence trimestriel de la sécurité routière. Une démarche appréciée par la population qui circulait librement avec moins d’embouteillages dans la cité. 2018 reste aussi une année plus accidentogène que 2017. Selon les chiffres non exhaustifs disponibles au niveau de ce département plus 1.183 personnes sont tuées contre 252 en 2017. Ces chiffres notent que 1.413 personnes sont blessées contre 582 en 2017 et 1.385 véhicules endommagés contre 1.360 au cours de l’année 2017. Selon la direction centrale de la sécurité routière, comparativement à 2017 la route a fait plus de victimes cette année. A peine installé dans ses fonctions, Alpha Ibrahima Kéira nouveau patron de la sécurité et de la protection civile s’inscrit alors dans une logique de continuité, c’est-à-dire marcher sur les traces de son prédécesseur. Au bout de ses cent jours, il a organisé des formations, avec à la clé le renforcement des capacités opérationnelles de la police avec entre autres l’achat de deux grues neuves afin de débarrasser les chaussées des véhicules empêchant la fluidité du trafic routier. Malgré tous ces efforts, ils n’ont pas permis aux usagers de la route d’être à l’abri des embouteillages.

L’une des opérations phares de ce département au cours de l’année 2018 qui a aussi retenu l’attention de plus d’un citoyen, reste la traque contre les hors la loi. Cette opération s’est matérialisée par l’octroi de pick-up tout neufs aux brigades anticriminalité (BAC). Toute chose qui a permis aux services de sécurité de mettre main sur une cinquantaine de présumés bandits en possession d’armes de guerre et fusils de fabrication locale. L’année qui finit laisse à plusieurs hommes en uniforme le souvenir du Brigadier-chef Bakary Camara qui a subi la colère des manifestants à Wanindara dans la commune de Ratoma.

Au cours du dernier trimestre de cette année, l’insécurité avait atteint un niveau inquiétant à tel point que pour la nécessité de sécurité des personnes et de leurs biens, l’Etat a installé des PA dans plusieurs zones de la capitale jugées criminogènes courant novembre. Ces PA mixtes composés de policiers de gendarmes et de militaires notamment bérets rouges, rassurent aujourd’hui les populations dans leur quête du quotidien. La fin de l’année 2018 a aussi été marquée par l’orientation de plus de mille fonctionnaires à la police et à la protection civile. Ces nouveaux agents sont sortis des écoles nationales de Kagbèlen et Boffa. Autre réforme, plusieurs jeunes venus des académies de la police de par le monde sont désormais chefs et adjoints des polices régionales et commissariats centraux, urbains et spéciaux. Cette action des autorités du département de la sécurité vise à rendre plus dynamique la police nationale. Le tout dans un seul but, assurer la sécurité des personnes et de leurs biens sur toute l’étendue du territoire national.

 

Mohamed Lamine Yansané

Articles Similaires

Pédophilie : les Etats-Unis accuse le pape de protéger un cardinal pédocriminel

tsegbaya

Des journalistes guinéens formés sur la sécurité des médias à Conakry !

tsegbaya

Le premier ministre lance la caravane nationale de l’investissement

tsegbaya

Six textes de lois passent au parlement comme lettre à la poste

tsegbaya

Guinée : les médicaments non-vendus en pharmacie tuent trois fois que le paludisme, selon un pharmacien

tsegbaya

Semaine mondiale de l’allaitement : trois conseils pour vous accompagner sereinement

tsegbaya