17 novembre 2019
Soleil FM

Guinée-Conakry : Enterrement dans la débandade au cimetière de Bambéto

Guinée politique Guinée société Infos

Le Front National pour la Défense de la Constitution a enterré ce lundi 04 novembre 2019 les 11 victimes de ses dernières manifestations. Mais dans des difficultés et un sauve qui peut parmi les opposants au projet de nouvelle constitution. Les dépouilles ont été transportées du CHU Ignace Deen avant d’être exposés à l’hôpital Sino-guinéen devant des membres de familles éplorées. Cette marche funèbre a été émaillée de heurts entre forces de l’ordre et jeunes manifestants en colère à Bambéto peu avant la prière.

Il était 10 heures quand le premier cortège funèbre est arrivé à l’hôpital de l’amitié sino-guinéen. Tous sur le choc, ces familles et leurs proches s’impatientaient sur les lieux. Plusieurs députés y étaient. C’est le cas de honorable Ben Youssouf Kéita de l’UFDG « Savez-vous que c’est la deuxième fois que ces corps font des va et vient entre Ignace Deen et Sino-guinéen. Jamais, de 1958 jusqu’à nos jours nous n’avons connu de telle situation. Cela me laisse sans un mot et prouve que la Guinée est en train de descendre à une vitesse grand V dans le précipice »

Le président de l’UFR lui, pense que la mort de ces manifestants est préméditée. Il explique par le fait que ces deux dernières marches du FNDC et de la mouvance ont fait l’exception « Voir onze cercueils de jeunes gens qui ont cru que dans leur pays ils avaient la liberté de s’exprimer, ce qui est inadmissible c’est que ces morts sont volontaires. Ce sont des jeunes gens qui n’ont pas volé »

Depuis l’avènement du régime Alpha Condé, les manifestations sont toujours réprimées par les forces de l’ordre, déplore le président de l’UFDG. Pour Cellou Dalein Diallo, le gouvernement n’a aucun sentiment pour le contre-pouvoir « Le problème c’est que ce pays a un Président démocratiquement élu et qui semble celui de tous les Guinéens. Mais quand il y a des victimes de l’opposition, ce ne sont pas des citoyens pour lui. Ils ne méritent ni la compassion du gouvernement, ni la justice. C’est ça le drame »

Après l’exposition des corps, le cortège funèbre a suivi son cours normal jusqu’à Bambéto. C’est là que l’affrontement entre marcheurs et forces de l’ordre a eu lieu malheureusement. Conséquence, mort d’homme et bléssés.

Samuel Demba DUOLAMOU  

 

 

 

 

Articles Similaires

Le gouvernement reporte la journée de participation citoyenne aux travaux d’assainissement de la ville de Conakry

tsegbaya

Le premier ministre lance la caravane nationale de l’investissement

tsegbaya

N’Zérékoré: des enseignants en colère devant la DPE

tsegbaya

Affaire Kaporo-rails : l’UFDG vole au secours des déguerpis

tsegbaya

LE PREMIER MINISTRE IBRAHIMA KASSORY FOFANA SUR LE CHANTIER DE L’HÔPITAL NATIONAL DONKA

tsegbaya

La couverture sanitaire universelle au cœur de l’Africa Health conférence 2019 au Rwanda

tsegbaya
%d blogueurs aiment cette page :