Soleil FM
Guinée société Infos

Guinée/Coronavirus : Les Enseignants d’écoles privées risquent de connaître une traversée du désert avec la suspension des cours

Après l’aéroport international de Conakry-Gbessia, c’est le tour des écoles et universités du pays de fermer leurs portes. C’est une décision conjointe des ministères en charge de l’éducation et de la formation annoncée ce mardi 24 mars 2020 dans le but d’éviter le risque de propagation du COVID-19. Quel regard portent les écoles privées sur cette décision et comment vont-t-elles assister leurs enseignants pendant cette période de vache maigre dont la durée reste indéterminée ?

Cette fois, face à la menace de la pandémie du COVID-19, les autorités éducatives ont finalement décidé de fermer écoles et universités jusqu’à nouvel ordre. Lansana Dramé, fondateur d’une école privée de la place salue la décision mais reste pour le moment indécis par rapport avec ses enseignants : « On n’est pas très bien situé puisqu’ils ont dit jusqu’à nouvel ordre. Ça peut être après demain voir un mois selon ce qui va être. Nous allons prendre des décisions par rapport à ça.  Cela depend des fonctionnements des differentes écoles. Parce que dans les écoles privées y’a certains enseignants qui travaillent en fonction des heures et d’autres sont des enseignants permanents. Donc l’un dans l’autre ça veut dire qu’on aura des problèmes ».

Les réalités diffèrent d’une école privée à une autre, précise notre interlocuteur. Si certaines obligent les parents d’élèves à payer la mensualité dès le début de l’année, d’autres par contre, le font mensuellement. Chose qui n’est pas du tout facile compte tenu du niveau de vie de la population : « Et souvent ces modalités ne sont pas respectées compte tenu du niveau de vie des parents qui sont dans notre école. L’un dans l’autre, il faut reconnaitre y a des fondateurs d’écoles privées qui ont des moyens et qui ont construit leur propre bâtiment. Et par contre, y a des écoles comme notre cas, nous sommes en location » précise notre interlocuteur.

Ce report va forcément jouer sur le calendrier scolaire déjà établi depuis l’ouverture des classes. Peu importe le temps qu’il faudra, Lansana Dramé met au devant la vie des apprenants : « La décision qui est prise c’est par rapport à une pandémie qui évolue à une vitesse exponentielle. Parce qu’on enseigne qui ? Ce sont des êtres humains  parce qu’on peut toujours rattraper un cours mais jamais l’avenir d’un être humain » a laissé entendre M. Dramé.

Il demande aux parents d’élèves de contrôler leurs enfants et de leur faire respecter les mesures sanitaires. Aux élèves, de profiter de ce moment afin de se rattraper dans les révisions ou autre apprentissage des leçons à domicile.

Samuel Demba Duolamou

Related posts

Ibrahima Bangoura à propos de feu Abdoulaye Sylla : « il faisait des interventions tranchantes et remarquées pour la défense de Boké »

tsegbaya

MATD – Inondations de Gaoual : le ministre Bourema Condé au chevet des sinistrés

tsegbaya

Sidya Touré agressé ? Voici ce qu’en pense le ministère de la sécurité et de la protection civile

tsegbaya