Soleil FM
Cultures Infos

Guinée/Culture : Clôture de la 2ème édition de la Journée Africaine du Droit d’Auteur et de la Gestion Collective à Conakry

Quels défis à relever ?

La 2ème édition de la Journée Africaine du Droit d’Auteur et de la Gestion Collective a pris fin ce mercredi à Conakry. Cette rencontre sur la ‘’Vulgarisation de la nouvelle loi portant protection de la propriété littéraire et Artistique’’, a connu la présence de plusieurs acteurs et experts du monde de la culture en Afrique.

La retrouvaille de deux jours dans la capitale guinéenne a permis de discuter des tenants et des aboutissants de la nouvelle loi portant protection de la propriété littéraire et Artistique. A l’issue de cette présente édition, le Bureau Guinéen des Droits d’Auteurs prévoit une sensibilisation en vue de vulgariser cette loi. Abass Bangoura est le directeur du BGDA. « La loi, son adoption est une chance, mais le plus important ce sont les textes d’application qui doivent être pris en compte, sinon les lois seront vaines. La phase suivante après l’atelier, nous allons procéder à une sortie d’offensive au niveau national, pour procéder à une large sensibilisation. Ça va être dans les langues vernaculaires. »

Au terme de cette rencontre, des recommandations ont été faites par les participants. Professeur Joseph Fometé qui a fait le déplacement du Cameroun retient deux principales recommandations : « La première grande recommandation, c’est évidement que les textes d’application soient signés comme le ministre en charge de la culture l’a promis. La deuxième grande recommandation que je pourrais faire, est que autant que possible, que le Bureau Guinéen des Droits d’Auteur continue la sensibilisation, à destination des consommateurs des droits d’auteur et des droits voisins. Voilà les deux plus grandes recommandations aussi. »  

Certaines innovations ont été faites dans cette loi. Nikéma Koléga est expert culturel Burkinabè. « On a créé dans cette loi, le droit à la rémunération pour copie privée, le droit à la rémunération pour reproduction reprographique. Cette rémunération pour copie privée, elle est facile à percevoir ; vous ne savez pas qu’en l’achetant, vous avez acheté quelque chose dedans, sont la rémunération copie privée. Donc ces deux exemples, c’est pour ainsi dire qu’on attendait vraiment que cette soit votée pour qu’on puisse profiter de ses innovations. »

La rencontre a pris fin dans l’espoir que cette loi fera vivre dignement les auteurs guinéens à travers leurs œuvres à l’image des pays voisins.

Abdourahim Baldé

Related posts

Guinée: le FNDC appelle à des manifestations de rue à compter du 14 octobre (Déclaration)

tsegbaya

Accident grave à Kaloum : 1 blessé et des dégâts matériels importants (vidéo)

tsegbaya

Violences politiques : depuis Kissidougou, le président de l’Assemblée nationale appelle à l’apaisement

tsegbaya