Soleil FM
Guinée politique Infos

Guinée/Politique/Fête du 02 octobre 2019 : ‘’La Guinée est en train de vivre les conséquences du NON référendaire de 1958’’ dixit un citoyen 

La République de Guinée a célébré ce mercredi 02 octobre 2019 l’an 61 de son indépendance. La commémoration devrait avoir lieu à 135 Km de la capitale, précisément à Kindia. Hélas, il faudra attendre l’année prochaine. Du coup, elle est célébrée en multiplex à travers le pays. A Conakry, l’engouement habituel ne s’est pas fait sentir comme l’ont fait remarquer certains citoyens dans un micro-trottoir réalisé par nos reporters.

Amine Fofana « j’ose vous faire croire que les fêtes de l’indépendance ne sont pas les mêmes, je n’ai pas fêté au même élan que j’ai l’habitude de fêter l’indépendance de la Guinée. On sait qu’on l’a eue. Vous pouvez la prendre le 28 septembre en disant non au référendum, je garantie que la métropole n’y fera pas obstacle mais les conséquences vous en tirerez. » C’était du Général de Gaulle. De nos jours nous sommes entrain de vivre les conséquences, ça, L’air amorphe.

Madame Kaba Fatoumata Sacko « ha ! comme ça ! c’est très très difficile hein ! on ne voit rien, on ne voit pas d’ambiance, on ne voit pas l’organisation comme l’année passée par exemple. Cette fois-ci on avait dit qu’on allait préparer ça à Kindia, mais on n’a rien vu, c’est très difficile comme ça pour un Guinéen. »

Mamadi Kaba « de nos jours, ça n’a pas de mouvement, ça n’a pas d’engouement, les pères qui ont pris notre indépendance, chaque fin d’année qui vient pour l’indépendance, c’est-à-dire, de la capitale jusqu’à la dernière préfecture, tout le monde est informé. Mais de nos jours c’est pas ça ! Ceux qui sont au pouvoir, c’est le problème référendaire, législatif et de la consultation. Mais ils n’ont pas le sentiment de notre indépendance, comme nos pères qui ont pris l’indépendance. »

Ibrahima Camara « Je ne sais pas si ce sont les politiques qui sont entrain de piétiner la fête de l’indépendance. Donc, ils sont en train de mettre le travail de nos devanciers dans l’eau, parce que, quand tu vois le travail qui a été mené par le groupe de Sékou Touré et ses confrères Saifoulaye et Mafory Bangoura et autres, vraiment, c’est un travail qu’il faut reconnaître en eux. On ne doit pas jeter ça à l’eau c’est anormal. C’est toute la Guinée qui doit fêter cette fête ça il n’y a pas question d’ethnie. »

Propos recueillis par Abdourahmane Barry

Fanta Condé et Fatoumata Diabaté

Related posts

Coronavirus : le monde s’inquiète pour l’économie et une pénurie d’équipements de protection

tsegbaya

Les Guinéens mesurent-ils la gravité du COVID-19 ?

soleilfm935

Sahel: à l’ONU, les présidents africains et Guterres tirent la sonnette d’alarme

tsegbaya