11 décembre 2019
Soleil FM

Hausse du prix du carburant : le panier de la ménagère en souffre le plus, selon un économiste

Guinée économie Infos

Cela fait  près de trois semaines que la Guinée  est plongée dans une crise sociale due à l’augmentation du prix du carburant. La rencontre de  certains opérateurs économiques, permet de mieux cerner   l’impact économique de cette crise.

DIALLO Mamadou Alpha reçoit quelques clients en quête de nourriture. A la question  de savoir comment se portent ses affaires, il répond : «  Comme les effets sont là, ça ne marche pas  mal, mais il n y a pas mal  d’impact, comme vous-même, vous le constatez. Il n’  y a pas  d’affaires qui marchent, tout est au ralenti. Certainement avec cette augmentation du prix du carburant, tous les prix vont  changer. Et comme c’est l’alimentation, il faut qu’on mange, sinon les clients viennent rarement ».

Le gérant d’une agence orange-money Saliou BAH  reçoit quelques clients que d’habitude. Il déclare : « Oui les gens viennent  petit à petit et comme vous constatez, la circulation n’est pas tellement fluide. Donc nous-même, çà nous affecte et tant que l’affaire de carburant ne se règle pas les affaires seront au ralenti ».

 

La hausse du prix du carburant s’est répercutée sur le prix de certains produits  au marché de  la Cité Enco5

C’est le cas des pagnes que revend Aminata BANGOURA : « A l’heure-là,  ça ne  marche pas; les clients ne viennent pas, les affaires ne marchent pas,  le prix de ces pagnes ont augmenté, le prix auquel nous l’achetons ne nous permet pas  de pouvoir avoir un bénéfice. Actuellement, le prix en gros est majoré de 10.000FG », indique-t-elle.

 

Les ménages vont devoir revoir à la hausse la dépense journalière car les ingrédients de cuisine sont aussi affectés par la crise.  Une vendeuse d’ingrédients de cuisine au marché Enco5 nous donne les prix actuels de ces condiments. Aissatou  DIALLO  explique : « Tous les prix sont majorés. Le sceau de pâte d’arachide  coûte maintenant  750.0000FG contre 650.000FG avant l’augmentation du prix du carburant. Le bidon de 20 litres d’huile de palme de  170.000FG se vend  aujourd’hui    à 175.000 FG, le sac d’oignon  lui était à 130.000 FG   auparavant mais aujourd’hui il coûte 165.000FG et pour ce qui est de l’huile d’arachide, elle coûte aujourd’hui  215.000FG le bidon de 20 litres. La grosse boîte de  pâte de  tomate se vend aujourd’hui  à 175 . 000 FG  au lieu de 170.000 FG. Vraiment, tous les Prix ont augmenté ».

 

Manger du poisson risque de devenir un luxe en Guinée. En effet le prix du carton de poisson n’a pas échappé  à la crise qui secoue le pays. Une vendeuse de poisson  à Enco5 Aïcha CAMARA  nous confie ceci : «  le prix a vraiment augmenté. J’avais l’habitude d’acheter le carton de poisson à 400.000 GNF mais aujourd’hui ce même carton m’est vendu à 600.000 FG. Franchement depuis l’augmentation du prix du carburant tous les prix sont revus à la hausse. Nous demandons aux autorités de diminuer  le prix du carburant car nous souffrons beaucoup avec la flambée des prix ».

Au marché de Matoto, les clients se font rares, la circulation est timide. Les quelques rares vendeuses de poulet importé peinent à trouver des acheteurs, malgré que le prix soit resté le même. Une vendeuse de poulet importé Saran TOURÉ déclare que : « Nous prenons le carton de poulet au même prix, ils n’ont rien ajouté pour le moment ».

 

Un vendeur de produits cosmétiques et mèches, pour sa part, se plaint des nouveaux tarifs du transport routier. « A l’heure-là depuis qu’ils ont augmenté le prix du carburant il y a beaucoup de pagaille actuellement et tu ne peux pas sortir chez toi s’il y a beaucoup de pagaille. Quand il y a la pagaille comme çà mieux vaut rester chez soi. C’est à cause de çà je ne sais pas s’ils ont augmenté les prix, mais néanmoins pour le transport, deux (02) tronçons font  maintenant 3000 FG » , affirme Mohamed BANGOURA.

 

Le panier de la ménagère en souffre le plus

Pour les spécialistes de l’économie, le coût de la vie sera plus élevé qu’avant l’augmentation du prix du carburant. Professeur d’économie et membre du bureau de la Confédération de la Filière Café-Cacao de Guinée, Alexis « paysan » TOUNKARA, selon lui : « La crise aujourd’hui, elle commence par le panier de la ménagère. Parce que c’est le premier indicateur d’une appréciation d’économie. Comment la famille mange; Comment elle s’habille; Comment elle se protège dans son système de santé. Si les indicateurs-là  ne marchent pas, on dira que la famille ne marche pas. Or la famille est le premier indicateur d’une économie, donc aujourd’hui il y a l’impact. Le panier de la ménagère est devenu supra vide, hier il était très maigre. Parce que non seulement lorsque la ménagère quitte avec ce qu’elle a comme moyen financier, insuffisant d’habitude. Elle va encore diminuer une grande quantité de ce petit revenu pour payer le transport. Ce qui va agir sur ce qu’il faut pour faire manger sa famille. Donc le panier de la ménagère en souffre le plus et toutes les autres souffrances qui vont suivre après, s’ajoutent sur le panier de la ménagère ».

Le contenu du panier de la ménagère devient de plus en plus maigre, tandis que la crise due à la hausse du prix du carburant perdure.

 

Liliane HABA 

Articles Similaires

Nouvelle constitution : le collectif des femmes dynamiques de  Guinée disent OUI

tsegbaya

Angola : José Eduardo dos Santos a fait ses adieux à la vie politique de son pays

tsegbaya

Dakar : Yaye Souadou Fall transforme les pneus usagés en revêtement de sol

tsegbaya

Accident grave à Kaloum : 1 blessé et des dégâts matériels importants (vidéo)

tsegbaya

Somalie : un journaliste poignardé à mort à la sortie de sa rédaction

tsegbaya

Nouvelle tarification du transport en Guinée : Communiqué du gouvernement

tsegbaya
%d blogueurs aiment cette page :