Partager
Condamnation d’Ibrahima Sory Camara: l’UFDG veut marcher pour obtenir sa libération

Condamnation d’Ibrahima Sory Camara: l’UFDG veut marcher pour obtenir sa libération

Dix huit mois de prison ferme, c’est la sentence infligée à Ibrahima Sory Camara  militant de l’UFDG. Il est condamné pour outrage, diffamation et injure à l’endroit du Président de la République. A peine le procès terminé ce lundi au tribunal de Kaloum, il a été tout de suite transféré à la prison centrale de Conakry.

C’est sans surprise que des partisans de l’opposant au sortir de la salle d’audience ont réagi en dénigrant la justice guinéenne. Après trois séances de débats houleux, le tribunal de Mafanco délocalisé à Kaloum s’est finalement prononcé. Il condamne Ibrahima Sory Camara  à dix-huit mois de prison ferme et au payement d’un franc symbolique. Un verdict que contestent les avocats de la défense. Maitre salifou Beavogui et maitre Alsseny Aissata Diallo, tous du pool d’avocat de l’UFDG affirment respectivement :

« Nous nous dirigeons vers la cour d’appel et je pense que les dossiers pourraient arriver  dans les heures qui suivent. Notre client rejette les accusations, nous les avocats on s’inscrit dans cette même logique, nous avons plaidé le non coupable »

« Dites vous bien que c’est une affaire analysée sous l’angle politique  et puisque les juridictions de censures qui vont purement annuler  cette  décision et rétablir notre client dans ses droits nous déposer  une lettre. Rassurez vous que devant la cour, cette décision sera purement et simplement annulée».

Dans la cour, plusieurs responsables de l’UFDG ont effectué le déplacement pour assister à ce procès. Pour le président de la délégation spéciale de Dubréka, les guinéens sont égaux devant la loi et doivent être traités au même pied d’égalité. « Nous sommes très déçus de la justice guinéenne, quand la justice doit être appliqué, elle doit être fait pour tous les Guinéens mais quand on fait la sélection entre l’opposition et la mouvance  c’est pas normale » a laissé entendre  Mamadou Mackiou Sall.

 

Ibrahima Sory Camara  est donc le premier citoyen guinéen condamné pour faits de diffamation sur les réseaux sociaux. Ses partisans comptent organiser des marches de protestation à partir de ce mercredi jusqu’à l’obtention de sa liberté.

 

AMINATA CONDE

 

 

 

Laissez un commentaire