23 avril 2019
Soleil FM

Insécurité grandissante à Conakry : un gendarme paie le prix à ENTAG marché

Guinée société Infos

Le corps d’un jeune homme a été retrouvé lundi 21 janvier dernier dans la matinée  au quartier Entag marché secteur Gnatakoly, dans la commune Matoto. La victime âgée de la trentaine était un gendarme.  Selon nos informations,  il aurait été poignardé  au niveau du ventre. 

Selon nos informations, c’est aux environs de 5 heures du matin que le corps d’Alhassane Solano a été découvert. La victime gendarme de profession était en partance de service. Au dire de son épouse, le défunt ne souffrait d’aucune pathologie.  Finda Fatou Koundouno, nous explique l’état dans lequel son mari a quitté la maison  » il n’était pas malade, il s’est réveillé le matin, il a fait sa toilette, c’était vers 4h 30, puis il m’a fait réveiller pour fermer la  cour.  C’est notre dernier entretien ».

Informé, les autorités du quartier se sont tout de suite rendues sur les lieux. Alhassane Diallo chef de secteur de Gnatakoly revient sur les circonstances  de cette découverte. » Après la prière du matin,  un citoyen du nom d’almamy Touré est venu  m’informer de la découverte d’un corps à  quelques  mètres de l’école primaire Africof . Arrivé sur les lieux,  effectivement c’était un corps habillé en tenue militaire,  et directement, j’ai fais signe à mon chef hiérarchique qui à son tour, a immédiatement appelé les autorités compétentes « .

 

Au moment où nous quittions les lieux,  le corps était en partance pour autopsie à l’hôpital Ignace Deen.

 

Aminata Camara

Articles Similaires

L’association scolaire estudiantine de Guinée proteste contre la paralysie des cours

tsegbaya

Interdiction de manifestations : l’OGDH s’engage à soutenir la société civile dans ses démarches juridiques

tsegbaya

Le front Républicain citoyen commémore le 28 septembre

tsegbaya

Alpha Condé ne peut gouverner que dans le désordre, selon Cellou Dalein Diallo

tsegbaya

France : les «gilets jaunes» dans l’attente de la parole présidentielle

tsegbaya

« Le handicap n’est pas une fatalité », dixit Mariam Sylla, ministre de l’action sociale, de la promotion féminine et de l’enfance

tsegbaya