20 mai 2019
Soleil FM

INTERPOL : Une trentaine d’agents guinéens chargés d’application de la loi,  outillés en criminalité environnementale à Conakry !

Guinée politique Infos

Du 06 au 09 mai 2019 s’est tenue à Conakry une formation nationale des agents chargés de l’application de la loi en Guinée sur la lutte contre la criminalité environnementale,  organisée par le bureau régional d’INTERPOL en collaboration avec l’ONG WARA via son projet GALF (Guinée-application de la loi Faunique). Les 27 participants et autres invités, issus du Ministère de la Justice, de la Police Nationale, de la Douane, de la Gendarmerie Nationale et du Ministère de l’Environnement des Eaux et Forêts (MEEF) ont pris part à la formation.  Celle-ci  a été assurée par le BR-Abidjan (Bureau Régional d’INTERPOL) et le projet GALF (Guinée-Application de la Loi Faunique).

C’est l’Inspecteur Général Ansoumane CAMARA, Directeur Général de la Police Nationale qui a présidé la cérémonie d’ouverture. Il était accompagné par le Directeur Central de la Police Judiciaire, le Directeur des Compagnies Mobile d’Intervention et de Sécurité et le Chef du Bureau Central National Interpol-Conakry.

 

Dans son discours de circonstance, le Chef du Bureau Central National Interpol/Conakry a tout d’abord souhaité la bienvenue aux organisateurs de la formation, aux différents participants mais aussi en se félicitant du choix du module central qui est celui de la criminalité environnementale.

 

Quant au Représentant du Chef du Bureau Régional INTERPOL ABIDJAN, M. Niouma Koivogui, Officier Régional Spécialisé, il portera son intervention sur  la gratitude du pays hôte à mettre tout en œuvre pour la tenue de cette formation :  «  Je voudrais, au nom de Monsieur Marcellin ABBE, Chef du Bureau Régional d’INTERPOL pour l’Afrique de l’Ouest, remercier les autorités sécuritaires de la Guinée qui ont bien voulu accepter que se tienne à Conakry la présente session de formation de renforcement des capacités des services d’application de la loi impliqués dans la criminalité environnementale. ».

 

Dans son allocution, M. Niouma Koivogui  précise : «  Comme nous le savons tous, les atteintes à l’écosystème, à la faune et à la flore ont pris de nos jours des proportions telles que les actions vigoureuses doivent êtres entreprises par les Etats et l’ensemble de la communauté toute entière afin de faire échec à cette forme de criminalité transnationale organisée qui se développe et multiplie ses embranchements néfastes dans nos sociétés. ».

 

De son côté le Directeur Général de la Police Nationale a fait savoir que : « Pendant les huit dernières années, les services chargés de l’application de la loi de la Guinée en l’occurrence la Justice, l’Environnement et le BCN/Interpol, en collaboration avec le projet GALF ont mené plusieurs opérations d’envergures tant à Conakry qu’à l’intérieur du pays qui ont abouti au démantèlement de plusieurs réseaux criminels. ».

 

Au titre des modules déroulés durant les trois jours de formation par le bureau régional d’INTERPOL, le projet GALF, le MEEF et la douane, on peut entres autres relever par exemple les capacités policières d’INTERPOL (I-24/7, bases de données, notices) ; vue d’ensemble de la menace sur l’environnement ; missions et succes story ; les apports de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvage menacées d’extinction ( CITES) ; la criminalité faunique et liens avec les autres formes de crimes organisés, état des lieux et stratégie en Guinée pour faire face à ce fléau, résultats et défis ; les dispositions des nouveaux codes de faune ; cadre juridique pour la répression, les méthodes de dissimulation de la contrebande etc…

 

S’estimant heureux et satisfait de la formation, un des participants ayant requis l’anonymat déclare : «  Durant cet atelier de formation j’ai eu le plaisir de découvrir de nouvelles notions notamment sur le fonctionnement de notre partenaire dans cette lutte, INTERPOL. En bref, je suis très satisfait de cet atelier et j’encourage une telle initiative afin de renforcer les capacités de tous les acteurs de l’application de la loi en Guinée sur la criminalité environnementale ».

 

C’est la phase de recommandations et de validation du rapport de formation  qui a mis fin à la session.

 

En attendant, les yeux restes rivés vers les autorités politiques et judiciaires d’une part et de l’autre le BR/ABIDJAN et le BCN INTERPOL CONAKRY pour s’assurer de la bonne application des différentes recommandations.

 

Golota Raphael LAMAH

Articles Similaires

Education : des cadres de DPE et IRE suspendus de leurs fonctions (copie)

tsegbaya

Accord sur le contentieux électoral : « c’est de la foutaise qu’on nous dise que Kindia n’est pas d’accord », dixit Cellou dalein Diallo

tsegbaya

MASPFE – Le gouvernement guinéen et l’OIM s’engagent  à créer des opportunités pour permettre aux jeunes guinéens de rester au pays

tsegbaya

Présidentielle au Mali : à qui le fauteuil ?

tsegbaya

Meurtre de trois jeunes à Wanidara : l’opposition reporte sa marche et demande un deuil de 5 jours

tsegbaya

Écroulement d’un immeuble de sept étages à Kaloum : la vétusté de la fondation serait la cause !

tsegbaya