Partager
Isabella a désormais une main

Isabella a désormais une main

La vie de cette petite fille née avec une malformation congénitale à la main a changé. Isabelle âgée de 8 ans a désormais une main « bionique » ! Un miracle de la technologie.

Nous sommes dans les futur vous avez surement entendu parler des membres robots, des prothèses pouvant remplacer un membre : bras ou  une jambe (disparu ou inexistant). L’accès à ces prothèses est difficile à cause de leur coût très élevé.

Première en Grande-Bretagne a bénéficié d’un tel progrès Isabelle a maintenant une main « Imprimée » ! En 3D, bien sûr. Le rêve de la médecine depuis des années est devenu réalité.

Isabella souffre d’une symbrachydactylie, une maladie qui concerne 32000 naissances et qui est  caractérisée par des doigts très courts (brachydactylie) et soudés (syndactylie)

Elle est née avec un petit pouce à la main droite et ne se servait que de sa main gauche.

Mark le père d’Isabella déclare : « Isabella a toujours été enjouée mais elle ne pouvait ni faire de vélo ni attraper un ballon et pas plus tenir un bol à deux mains. »  C’était pendant les vacances de Pâques  lorsqu’il jouait au tennis avec sa fille qu’il s’est décidé à faire des recherches. « Elle pouvait renvoyer la balle avec la main gauche, mais ne pouvait évidemment jamais servir. »  C’est le déclic déclare-t-il.

Mark découvre alors ce procédé  innovateur : l’impression en 3D. Cette technique plus que prometteuse, encore très récente, s’appuie en premier lieu sur une étape numérique. L’objet (prothèse, bout d’os, etc.) est d’abord conçu grâce à des logiciels. Or, en médecine, les données du scanner et de l’IRM, permettent une visualisation très précise en trois dimensions, ce qui amène à une vraie conception sur mesure. L’étape de production – l’impression en elle-même – se fait ensuite par apport de couches successives de matière, comme on empilerait… des Lego. Cette matière est soit du plastique, soit de la résine, du métal ou même… des cellules humaines, permettant l’impression de tissus vivants.

Isabella, avec son père Mark

Le père d’Isabella contacta  alors  une société spécialisée dans la haute technologie de la région de l’Essex qui avec enthousiasme a offert de fabriquer une main pour Isabella, selon le procédé breveté américain. « Cela ne nous a coûté que 70 euros pour la produire, contre 35 000 € pour une main robotisée, constate le papa. Ce qu’il y a de plus dingue, c’est qu’en plus du prix, cela s’est fait sans douleur pour ma fille. » La prothèse, fixée au poignet de la fillette, est en plastique moulé, chevillée à sa main. Un succès retentissant, un miracle même, avouent les parents d’Isabella : « C’est une technologie révolutionnaire qui a permis à notre fille de se faire plus confiance, elle est désormais capable d’accomplir des choses que personne dans la famille ne croyait possibles auparavant. »

Source/ Closer

Laissez un commentaire