Soleil FM
Guinée société Infos

Journée mondiale des monuments et sites : le Directeur national du patrimoine historique se prononce

L’humanité célèbre le 18 avril de chaque année, la journée internationale des monuments et sites. Le thème pour cette année est : « Cultures partagées, patrimoine partagé, responsabilité partagée » en tant qu’expression de notre unité mondiale face à la crise sanitaire actuelle. Initiée par le Conseil International des Monuments et Sites-ICOMOS depuis 1982, cette journée explore l’idée de partage et ses contrepoints, à tout sens de la tolérance idéologique.

Cette journée est aussi appelée journée internationale du patrimoine mondial. Elle permet de célébrer les œuvres exceptionnelles de l’humanité. « Les sites et monuments historiques constituent des ouvres exceptionnelles uniques. Ça peut être des sites archéologiques, des monuments historiques, des œuvres constituées de l’homme et de la nature qui ont une certaine importance du point de vue de la science, de l’anthropologie ou de l’art » a estimé Aboubacar Sidiki Condé, Directeur national du patrimoine historique.

En Guinée comme ailleurs, cette journée est célébrée de la même manière par tous les départements de tutelle. D’abord une déclaration la veille, puis des activités comme la visite des sites suivie de conférence le jour ‘’j’’. Selon notre interlocuteur, des pas sont franchies pour la valorisation et la protection de ces œuvres humaines « Depuis 2018, on n’a pu faire adopter par l’Assemblée nationale une loi qui protège systématiquement tous les éléments qui ont trait en notre identité et d’une certaine valeur exceptionnelle ont été protégés par une loi spécifique. En suite, le département a réussit à faire adopter une politique budgétaire national qui met en avant des actes prioritaires pour la protection de ces mêmes  patrimoines » a expliqué Aboubacar Sidiki Condé.

Au-delà de ces textes juridiques et administratifs, la direction nationale du patrimoine et le centre national de percussion ont parcouru le terrain pour faire un état des lieux : « Je peux citer entre autres la rénovation du Mausolée national de Camayenne, la construction de l’abri du sossobala à Gnagassola, la place publique de Bissandou a été instaurée, à Kankan la place de Chérifoula a connu l’élection d’un monument sur la place emblématique de la mamaya » a déclaré notre interlocuteur.

Même si par endroit ces monuments de souvenirs historiques sont bien entretenus, le directeur national du patrimoine historique déplore que d’autres fassent l’objet d’attaque et de destruction. Il demande à ce que les autorités nationales et locales veillent à la protection de cette identité culturelle. Ce, à travers une sensibilisation, a-t-il conseillé.

Samuel Demba Duolamou

Related posts

44 migrants guinéens rapatriés à Conakry

soleilfm935

Faits de société : Les causes et l’influences du divorce sur les enfants

tsegbaya

Why you should run your international company like a small business

admin