19 août 2019
Soleil FM

La culture guinéenne : comment se porte t-elle ?

Cultures Infos

La culture guinéenne est l’une des plus riches au monde. Pourtant beaucoup estime aujourd’hui qu’elle est moins valorisée, surtout sur le plan musical.

Comment se porte la Culture guinéenne aujourd’hui ? Est-elle valorisée ? Les musiciens sont-ils encouragés ? Mohamed Lamine CAMARA ou Manager MC est un manager d’artistes chanteurs. Il estime : « L’état, c’est l’instrument le plus efficace pour réglementer les choses. Mais si l’Etat se désintéresse, chacun est sensé faire ce qu’il veut. L’Etat doit beaucoup intervenir, l’Etat doit beaucoup s’investir ».

Bien que la Guinée soit un pays sous développé, Wandjan Dimedi, musicien artiste, pense qu’il y a de l’espoir pour les artistes. « La Guinée est un pays ou le domaine dont nous pratiquons n’est pas assez bien boosté chez nous ici. Ce n’est pas facile, mais quand même on arrive à trouver des mécènes qui sont là et qui nous soutiennent un peu », laisse t-il entendre.

Bafode SYLLA alias Boble est un Manager et Directeur Artistique. Pour lui, c’est déplorable que la culture guinéenne soit ainsi abandonnée. « Tout ce que je demande à l’Etat, c’est de prendre en compte la Culture. Pour bien véhiculer un message, il faut la culture, et cette culture c’est la musique! Pour mieux sensibiliser le monde aujourd’hui s’il y a palabre, je pense que c’est la musique. L’Etat doit prendre en compte la musique et subventionner les artistes. Ils ne sont pas subventionnés. Ils évoluent de leur propre gré. C’est un peu difficile. On ne peut pas faire un enfant et que tu dise à l’enfant, va te débrouiller. Faut que l’Etat investisse encore sur la culture. On n’a pas une salle de culture aujourd’hui et c’est parce que l’Etat n’est pas là. Il n’y a pas un investissement privé, ni un investissement public et c’est difficile. L’Etat doit penser à la culture, penser au différents travaux et efforts que les artistes fournissent. »

 

Bafode SYLLA alias Boble confie qu’au temps du premier régime, la culture guinéenne était soutenue. Mais qu’en est-il également des dons financiers dont sont bénéficiaires souvent des artistes ? Il s’avère que le partage cré toujours problème.

 

Ébène Baloka

Articles Similaires

Lancement officiel de l’atelier de réalisation du Répertoire opérationnel africain des métiers et des emplois (ROAME)

tsegbaya

Kindia : les élèves continuent à briller par leur absence dans les classes

tsegbaya

“Vente du port autonome de Conakry” : les forces de l’ordre imposent leur véto sur le syndicat

tsegbaya

Manifestations à Conakry : Cellou et Mathurin, qui sera le John Céna de la situation?

tsegbaya

Mort de Stephen Ditko, co-créateur de Spiderman

admin

Trump-Bolsonaro : les Présidents américain et brésilien affichent leurs volontés de sceller l’alliance conservatrice

tsegbaya
%d blogueurs aiment cette page :