Soleil FM
Guinée société Infos

 La grève du SLECG continue paralyse toujours certaines écoles

Grogne ce lundi 22 octobre au lycée Kipé, les élèves de cet établissement sont descendus en grand nombre dans la rue. Ils protestaient contre le manque d’enseignant qualifiés dans leur établissement. Cette manifestation des écoliers a paralysée une bonne partie de la circulation sur ce tronçon toute la matinée.

Il n’y a pas eu cours ce lundi 22 octobre au lycée Kipé situé dans la commune de Ratoma. Très inquiet de la situation qu’ils traversent depuis le 3 octobre, ces écoliers ont décidé de se faire entendre aux environs de 10 heures.

Pendant la récréation, ils ont pris d’assaut, l’ensemble des artères menant à ce grand lycée de la commune de Ratoma. Mobilisé en grand nombre, cette manifestation des élèves du lycée Kipé a paralysée le trafic routier sur le tronçon toute la matinée. ‘’Les contractuels n’ont pas le niveau, nous voulons nos enseignants titulaires’’ scandaient certains d’entre eux.

Allergique à la présence des services de sécurité sur les lieux, ces écoliers se sont livrés à des jets des pierres contre les gaz lacrymogènes. Contrairement à Kipé, au lycée 2 octobre, les élèves étaient présents en grand nombre dans les salles. Sur 1300 élèves, plus de 300 ont répondus à l’appel a précisé Mahamadou Diallo premier responsable de cet établissement.  « Aujourd’hui nous disons dieu merci car les élèves commencent à comprendre que resté à la maison n’est pas en leur faveur » précise notre interlocuteur.

Interrogé sur la situation des enseignants contractuels, le professeur de philosophie souligne que c’est un faux débat ‘’ Pour ce responsable d’établissement, certains enseignants grévistes du SLECG sont à la base de cette colère des élèves. ‘’ Nous savons que la manifestation des élèves est encouragée par certains soi-disant grévistes. Ce sont nos collègues qui poussent les élèves à qualifiés les contractuels de néant qu’ls n’ont pas le niveau or chacun à un début tout le monde commence quelques part. Mais chez nous ici tous les jours, les grévistes viennent même le samedi 3 ont repris le service ils commencent à comprendre que resté à la maison c’est peine perdu’’.

Depuis le 3 octobre date de la rentrée officielle des classes, le gouvernement et le SLECG sont toujours à couteau tiré.

 

MLYansané

 

Articles Similaires

Toumba Diakité en prison souffre de la hernie blanche de la ligne blanche, selon ses avocats

tsegbaya

Vers la modernisation du secrétariat général du gouvernement

tsegbaya

Discours du premier ministre à l’ occasion de la célébration de la journée mondiale de la population 2018

tsegbaya