Soleil FM
Guinée politique Infos

Le bureau politique du RPG Arc-en-ciel déplore les évènements douloureux survenus à N’Zérékoré

Dans une déclaration ce jeudi 26 mars 2020 au siège du parti à Gbessia, il a fait comprendre à l’opinion publique que la situation qui prévaut en forêt actuellement n’a rien de commun avec le double scrutin du dimanche dernier. Le bureau politique du parti au pouvoir impute plutôt la responsabilité au chef de file de l’opposition, Mamadou Cellou Dalein Diallo.

La ville de N’Zérékoré fait l’objet de violence depuis le dimanche 22 mars dernier, jour du scrutin législatif et référendaire. Des violences qui ont endeuillé des communautés qui vivent en harmonie depuis des siècles. Profondément touché mais aussi préoccupé par la situation, le bureau politique du RPG Arc-en-ciel fait porter le chapeau au président de l’UFDG. Docteur Sékou Condé : « Les témoignages recueillis indiquent clairement que le leader de l’UFDG Mamadou Cellou Diallo, ainsi que ses partisans ont planifié d’empêcher par tous moyens le président Alpha Condé de gouverner, et ils accusent le régime en place et se victimiser aux yeux de la communauté internationale ».

Comme si cela ne suffisait pas, le Secrétaire permanent du parti au pouvoir pense que le chef de file de l’opposition n’est pas étranger aux évènements qui se sont déroulés dans la matinée du vendredi 20 mars dernier au camp Alpha Yaya Diallo. C’est pourquoi, il prend à témoin : « La communauté nationale et internationale de la volonté manifeste de Cellou Dalein et de ses affiliés d’instaurer le chaos en Guinée pour assouvir leur soif de pouvoir leur permettant ainsi de brader les ressources de notre pays. Pour notre part, le RPG Arc-en-ciel appelle nos compatriotes de N’Zérékoré et de mettre renouer dans un bref délai avec le vivre ensemble légendaire qui les caractérise».

Le bureau politique du RPG Arc-en-ciel a, pour finir, demandé au gouvernement de tout mettre en œuvre pour faire la lumière sur ces évènements. Aussi et surtout, il renouvelle sa confiance à la CENI et au gouvernement à ne céder à aucune ingérence étrangère dans les affaires intérieures du pays.

Samuel Demba Duolamou

Related posts

Ne dit-on pas qu’après la fête, il y a la défaite !

tsegbaya

Les femmes du FNDC dans la rue contre les “tueries” pendant les manifestations

tsegbaya

Mali : des survivants inquiets à Ogossagou après le massacre de 130 civils

tsegbaya