18 juillet 2019
Soleil FM

Le changement de formule du Levothyrox et ses effets secondaires ont poussé un demi-million de malades de la thyroïde à abandonner ce médicament

santé

Le changement de formule du Levothyrox et ses effets secondaires ont poussé un demi-million de malades de la thyroïde à abandonner ce médicament.

Le chiffre est à rapporter aux quelque trois millions de personnes traitées en France pour hypothyroïdie, un dérèglement hormonal. « L’ANSM [Agence du médicament] et la DGS [Direction générale de la Santé] estiment après analyse des bases de données de l’Assurance maladie qu’environ 500.000 patients se sont tournés vers des alternatives à la nouvelle formule du Levothyrox », a affirmé vendredi le ministère à l’AFP. L’estimation est calculée à partir d’une vaste base statistique sur les volumes de tous les médicaments remboursés, publiée début février.

Le problème est venu d’un changement de formule réclamé par les autorités sanitaires en 2012 pour rendre le Levothyrox « plus stable ».

Quand arrive dans les pharmacies au printemps 2017 cette nouvelle formule de l’allemand Merck, qui ne touche pas au principe actif (levothyroxine) mais seulement au reste de la composition (excipients), le médicament jouit d’un quasi-monopole en France. En août 2017, de nombreux patients commencent à se plaindre d’effets secondaires parfois très gênants (fatigue, maux de tête, insomnie, vertiges, douleurs articulaires et musculaires et chute de cheveux).

Source:MorandiniSanté

Articles Similaires

L’hypertension artérielle, symptômes, traitement et prévention : ce qu’en pense Docteur Moussa Fofana…

tsegbaya

A l’ouverture de la réunion sur la capacité de plaidoyer 2019, IPPF Région Afrique dévoile son agenda en faveur des droits sexuels

tsegbaya

Kérouané : trois frères meurent consécutivement en l’espace d’une heure

tsegbaya

Un panel de IPPF Afrique met exergue les avancées sur la couverture sanitaire universelle dans 3 pays de l’Afrique

tsegbaya

Préservatif de ‘mauvaise qualité’ au Kenya

admin

Linsan : « il est opportun de mettre deux postes de santé de fortune », dixit Dr Dansoko Fakourou

tsegbaya