Soleil FM
Guinée politique Infos

Le journaliste Lansana Camara libre : il se confie à Soleil FM

Après huit jours de détention à la PM3 de Kaloum, Lansana Camara, journaliste au site d’information conakrylive.infos a recouvré sa liberté ce mardi 02 avril 2019. Une libération provisoire qui fait suite à la marche de colère de la corporation des journalistes de guinéens, initiée par le syndicat de la presse du pays. 

Les hommes de médias guinéens étaient dans les rues de Kaloum ce mardi 02 avril, à Kaloum, à l’appel du syndicat des professionnels de la presse privée de Guinée. Ils ont brandis des slogans s’insurgeant contre la violation de la loi L002 sur la liberté de la presse en Guinée, dénonçant ainsi la détention du journaliste Lansana Camara, à la maison centrale de Conakry. Du rond-point du port autonome de Conakry, en passant par le ministère des affaires étrangères, ils ont exprimé leur mécontentement de cette violation grave de la liberté d’expression au département ministériel de la justice dans une déclaration.

Peu après cette manifestation, le journaliste détenu a recouvré sa liberté. Même si pour le moment elle est provisoire, notre confrère s’en réjouit tout de même. A sa sortie de prison, Lansana Camara s’est confié à Soleil FM en ces termes :

“Je suis vraiment content et satisfait. Surtout quand je sais que les jours passés à la maison centrale de Conakry en détention, j’avoue que j’étais très très motivé par la mobilisation de mes confrères et des bonnes volontés. Donc, aujourd’hui que je suis provisoirement libre, je ne saurai remercier tous ceux qui se sont impliqués dans cette affaire.

C’est vrai que des fois dans l’exercice de notre métier, on rencontre des situations très difficiles, mais je pense que et pour moi, et pour les autres journalistes, ça ne peut être qu’un motif d’avantage et d’encouragement, pour aller vers la recherche et la diffusion de l’information pour la démocratie dans notre pays.

Pour le moment la procédure judiciaire va continuer. L’essentiel était qu’on me libère pour que je retrouve mes familles biologique et professionnelle. Ceci dit, mon avocat et moi sommes à l’écoute pour la suite de la procédure”.

 

Il faut rappeler que des journées sans presse et de synergie des radio étaient prévues au cas où les autorités étatiques ne libéraient pas le journaliste Lansana Camara. Comme pour dire que personne ne va bafouer les droits humains et que silence soit maintenu.

 

THERESA MARIA SEGBAYA

Related posts

Tribunal de Dixinn: le ministère public requiert une lourde peine d’emprisonnement contre ”Grenade”

tsegbaya

Procès de Foniké Manguè : « Nous avons démontré que son arrestation et sa mise en détention n’ont obéi à aucune forme prévue par la loi » affirme Maître Salifou Béavogui

soleilfm935

Démission du Ministre Yéro : le RPG Arc-en-ciel le qualifie de ‘’traître et de lâche…’’

tsegbaya