Partager
Le ministre Abdoulaye Yéro Baldé préside l’atelier de validation du schéma de réforme de l’enseignement et de la recherche en santé

Le ministre Abdoulaye Yéro Baldé préside l’atelier de validation du schéma de réforme de l’enseignement et de la recherche en santé

Conakry, le 10 Juillet 2017 – Dans le cadre de la présentation de l’étude sur le programme de réforme de l’enseignement et de la recherche en Santé, le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Abdoulaye Yéro Baldé a organisé ce lundi un atelier de validation de l’Etat des lieux et du Schéma de réforme. Cette rencontre destinée aux cadres dudit département, ceux du Ministère de la Santé, et des enseignants-chercheurs, a été présidée par le Ministre Abdoulaye Yéro Baldé, accompagné du Ministre de l’Enseignement Technique, de la Formation Professionnelle, de l’Emploi et du Travail, Damantang Albert Camara.

Appuyé par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), l’objectif général de cet atelier est non seulement de concourir au renforcement des capacités du système éducatif en santé par l’amélioration des compétences structurelles, programmatiques et organisationnelles des établissements d’enseignements en santé, mais aussi contribuer à une meilleure appropriation des orientations de la réforme par les différentes parties prenantes. Parmi ses Objectifs spécifiques on peut citer :

 

  • L’analyse SWOT de l’enseignement et de la recherche en santé publique ;

 

  • Identifier des stratégies qui contribuent au renforcement des capacités de pilotage de l’enseignement et de la recherche en santé ;
  • Procéder à une évaluation rigoureuse des programmes d’enseignements supérieur, technique et professionnel.

 

Après une brève présentation du travail abattu par le professeur Bazira l’un des experts, il ressort entre autres :

 

  • La Mauvaise qualité de formation accentuée par le fait que les structures sanitaires n’ont ni moyens ni les capacités pour accueillir des milliers d’étudiants en stage ;
  • La mauvaise évaluation de la capacité de recherche ;
  • Et le Manque de spécialisation du personnel soignant, autrement l’inadéquation entre la formation et le besoin sur le terrain.

 

C’est en ce sens, que le Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Abdoulaye Yéro Baldé a, dans son introduction, insisté  tout d’abord sur les insuffisances du système éducatif guinéen de façon générale et de la recherche en santé en particulier, auxquelles fait face son département. Pour Abdoulaye Yéro Baldé, il est urgent de reformer en profondeur notre système de formation et de recherche en science de la santé. Car dit-il, « nos hôpitaux sont devenus des mouroirs et les guinéens ne font plus confiance en leurs structures sanitaires ».

 

Profitant de l’occasion pour s’adresser aux hauts responsables de notre système sanitaire, le Ministre a souligné que cette contrainte se traduit par une incapacité du système de se doter de personnel de santé bien formé.

 

C‘est pourquoi,  précisera-t-il, avec l’appui de l’OMS,  du Ministère de la Santé, et de l’Enseignement Technique, de la Formation Professionnelle, de l’Emploi et du Travail, un expert international et deux nationaux ont été engagés pour une étude sur la réforme de l’enseignement et de la recherche en santé en Guinée. Ce, afin de promouvoir et protéger la santé de la population.

 

Pour être complet sur le sujet, Abdoulaye Yéro Baldé a noté que des efforts considérables doivent être accomplis dans l’amélioration de la santé, pour offrir des services de soins et de prévention aux citoyens dans toutes les régions du pays.

 

Pour terminer, le groupe d’expert a proposé des pistes pour améliorer le dispositif institutionnel de gestion et de formation des ressources humaines en santé à tous les niveaux. Ce sont notamment :

 

  • Sortir de la massification des effectifs ;
  • Exploiter les potentialités ouvertes par les Technologies de l’information et de la communication pour aller vers une plus grande amélioration du système d’enseignement et de la recherche en santé ;
  • Créer un pôle ou école de référence de l’enseignement et de la recherche en santé.

 

Le coût total pour la mise en œuvre de l’ensemble des propositions faites par les experts est estimé à 2.940.000 euros, soit 1.600.000 euros uniquement pour le plan de formation des formateurs.

 

Avant de clore, Monsieur le Ministre a tenu à exprimer ses remerciements aux partenaires techniques et financiers pour leur soutien indéfectible aux réformes et programmes de la santé publiques.

 

La Cellule de Communication du Gouvernement

 

Laissez un commentaire